Home / A la une / Voix visionnaires : ADDA – Un grand pas en avant pour la santé du foie

Voix visionnaires : ADDA – Un grand pas en avant pour la santé du foie

Danjuma Adda, ancien président de l’Alliance mondiale contre l’hépatite, est président du comité du Sommet mondial sur l’hépatite 2024.

JALINGO – Fin mars, l’Organisation mondiale de la santé a publié de nouvelles lignes directrices sur la prévention, le diagnostic et le traitement de l’infection chronique par l’hépatite B (VHB). En tant que personne vivant avec le VHB, je salue les changements qui pourraient réduire considérablement les décès dus au cancer du foie en Afrique.

Danjuma Adda, ancien président de l’Alliance mondiale contre l’hépatite, est président du comité du Sommet mondial sur l’hépatite 2024.

L’histoire de Wisdom, père de famille et fondateur de l’une des meilleures écoles privées de sa ville natale au Nigeria, démontre la nécessité d’une nouvelle approche du traitement du VHB. Après avoir tenté de donner du sang à son cousin malade, Wisdom a été choqué d’apprendre qu’il était atteint du VHB. Mais le personnel médical lui a dit de rentrer chez lui et de revenir dans six mois, car sa charge virale était trop faible pour être traitée conformément aux directives de l’OMS de 2015 .

Wisdom n’a jamais ressenti le besoin de retourner à l’hôpital, car il semblait en bonne santé et le médecin ne semblait pas préoccupé par son infection. Mais 13 semaines plus tard, alors qu’il travaillait dans sa ferme, Wisdom a ressenti une vive douleur dans la partie supérieure droite de son abdomen, des nausées et a failli s’évanouir. Après des semaines de tests, on lui a diagnostiqué un cancer du foie avancé. En août dernier, à peine cinq mois après son diagnostic initial, Wisdom est décédé, laissant derrière lui sa femme, sa fille et une pile de factures médicales.

Les résultats des cas de cancer du foie sont médiocres en Afrique. Comme Wisdom, la majorité des Africains sont diagnostiqués tardivement, ce qui laisse peu de temps pour commencer le traitement. Le taux de survie médian en Afrique subsaharienne (ASS), où 95 % des patients atteints d’un cancer du foie présentent une maladie avancée ou terminale, est de 2,5 mois . En revanche, environ 40 % des patients des pays à revenu élevé sont diagnostiqués à un stade précoce, alors que des interventions curatives ou prolongeant la vie sont encore possibles.

Toutes les infections hépatiques provoquent une inflammation du foie . Il n’est donc pas surprenant que, selon des statistiques récentes sur le cancer , 70 % des cas de cancer du foie soient liés aux infections virales par le VHB et l’hépatite C. Plus inquiétant encore, les données montrent une augmentation de 25 % des décès mondiaux causés par le cancer du foie entre 2010 et 2019. En 2020, 830 200 personnes sont mortes d’un cancer du foie, et près de la moitié de ces cas étaient dus au VHB.

J’ai reçu un diagnostic de VHB en 2004. Comme pour Wisdom, plusieurs tests ont montré que j’avais une faible charge virale et mes cliniciens, utilisant des protocoles développés par des spécialistes du foie au Nigeria, en Europe et aux États-Unis, n’ont pas recommandé de traitement. . Les lignes directrices de l’OMS de 2015 appelleront plus tard à la même approche envers les patients comme moi : effectuer une série de tests de diagnostic et renoncer au traitement si la charge virale est faible. Je me sentais impuissante à prendre des décisions concernant ma propre santé.

Malgré les assurances des médecins selon lesquelles j’étais en bonne santé, je vivais dans la peur constante du cancer du foie ; chaque jour, je surveillais mon corps à la recherche de signes d’évolution. Mon anxiété n’a fait qu’augmenter lorsque j’ai lu des informations sur la maladie et assisté à des réunions scientifiques sur le sujet, surtout lorsque j’ai appris que les hommes atteints du VHB en Afrique sont plus susceptibles de développer un cancer du foie, même avec une faible charge virale. Ainsi, il y a quelques années, j’ai commencé à prendre quotidiennement les médicaments oraux recommandés par l’OMS pour traiter le VHB. Même si ces médicaments m’ont permis de rester en bonne santé jusqu’à présent, je les paie de ma poche – un privilège que tout le monde ne peut pas se permettre.

La plupart des personnes atteintes du VHB n’ont ni les connaissances scientifiques ni les ressources financières nécessaires pour défendre leurs intérêts. C’est pourquoi les nouvelles lignes directrices de l’OMS contribueront à sauver des vies. Dans le cadre des quatre nouvelles options permettant de répondre à l’éligibilité au traitement, jusqu’à la moitié des personnes atteintes du VHB pourront recevoir des antiviraux potentiellement vitaux, alors qu’auparavant seulement un cinquième le pouvait.

De plus, les lignes directrices identifient également d’autres circonstances dans lesquelles un patient peut exiger un traitement, par exemple pour prévenir la transmission aux membres de la famille ou aux partenaires sexuels et pour réduire le risque de cancer du foie. Cela signifie que presque tous les patients atteints du VHB pourraient potentiellement être éligibles aux antiviraux, ce qui contraste fortement avec les lignes directrices précédentes, qui appelaient à traiter uniquement les patients atteints d’une maladie hépatique avancée.

Les nouvelles lignes directrices représentent un pas en avant en élargissant l’éligibilité au traitement et en permettant une prise de codécision entre les cliniciens et les patients, ce qui conduira sans aucun doute à davantage de personnes traitées pour le VHB. Néanmoins, des améliorations sont possibles. Par exemple, l’utilisation recommandée des tests ADN du VHB pour une surveillance continue ne tient pas compte du fait que ces tests ne sont pas largement disponibles en Afrique.

La prochaine étape consiste pour les gouvernements, en particulier en Afrique subsaharienne, à former les agents de santé et les défenseurs des droits des patients aux nouvelles directives afin de garantir leur mise en œuvre. Ils doivent également intensifier les tests pour détecter les personnes atteintes du VHB plus tôt dans la progression de la maladie et traiter autant de cas que possible.

À cette fin, j’exhorte les programmes nationaux de lutte contre l’hépatite et les ministères de la Santé à ne pas laisser ces directives prendre la poussière, mais plutôt à agir immédiatement pour les mettre en œuvre, ce qui nécessite une intensification des tests et des traitements. Une action rapide est le seul moyen de réduire les décès dus au cancer du foie en Afrique et d’atteindre l’ objectif de l’OMS d’éliminer l’hépatite B d’ici 2030.

Danjuma Adda, ancien président de l’Alliance mondiale contre l’hépatite, est président du comité du Sommet mondial sur l’hépatite 2024.

Droit d’auteur : Syndicat du projet, 2024.
www.project-syndicate.org

Ceci pourrait vous interesser

Coopération Niger/Unicef : La nouvelle représentante résidente de l’Unicef présente ses lettres de créance

Le Ministre des Affaires Étrangères de la Coopération et des Nigériens à l’Extérieur M. Bakary ...