Home / A la une / Vera Songwe est conseillère principale à l’Institut de stabilité financière de la Banque des règlements internationaux

Vera Songwe est conseillère principale à l’Institut de stabilité financière de la Banque des règlements internationaux

Vera Songwe

BÂLE – La récente visite du président kenyan William Ruto aux États-Unis pourrait bien marquer un tournant dans les relations entre les États-Unis et l’Afrique. Une coopération plus étroite produirait des résultats mutuellement bénéfiques sur des questions allant de la croissance économique à la durabilité planétaire. Pourtant, le manque d’investissements, la dépréciation des monnaies et les taux d’intérêt élevés étouffent les économies africaines et font dérailler des initiatives cruciales telles que l’industrialisation verte.

Il est dans l’intérêt même de l’Amérique d’aider l’Afrique à surmonter ces obstacles. De nombreux pays africains sont perpétuellement dans un état de détresse économique ou environnementale. Parce que les coûts des emprunts internationaux restent élevés – en partie à cause des taux d’intérêt élevés aux États-Unis – les gouvernements ont dû puiser dans leurs budgets de développement pour assurer le service de leurs dettes. Selon le Finance for Development Lab (FDL), au moins 20 pays à revenu faible ou intermédiaire dans le monde auront du mal à reconduire plus de 600 milliards de dollars de dette publique extérieure venant à échéance d’ici 2026.

De plus, l’Afrique et les États-Unis souffrent de plus en plus des effets du changement climatique. Les récentes inondations au Kenya ont été une illustration tragique de la nécessité d’une décarbonisation rapide et d’investissements dans des infrastructures résilientes au changement climatique. De même, les tornades qui ont récemment bouleversé la vie des habitants de l’Iowa, du Texas, de l’Oklahoma et de l’Arkansas pourraient augurer de la pire saison de tornades que le pays ait connue depuis des décennies.

L’Afrique recèle un grand potentiel pour les États-Unis et d’autres pays disposés à investir dans un avenir plus vert. De nombreux gouvernements ont placé les véhicules électriques, les écoles numérisées et les logements résilients et économes en énergie en tête de leur agenda politique. Le continent a une population jeune et en croissance rapide, et il s’engage sur la voie d’une industrialisation alimentée de plus en plus par l’énergie solaire et renouvelable. Au Kenya, 90 % de l’approvisionnement en électricité provient déjà de sources renouvelables.

Mais l’Afrique aura besoin d’une aide internationale pour surmonter divers défis économiques et parvenir à une croissance durable. Les États-Unis peuvent offrir trois formes de soutien. Premièrement, les pays africains devraient être inclus dans les efforts américains visant à soutenir leurs alliés en difficulté, surtout maintenant que les programmes de dépenses ont déjà été élargis au-delà de l’Ukraine pour atteindre un plus large éventail de bénéficiaires. Les deux parties bénéficieraient si ce soutien était conçu pour stimuler les investissements dans l’industrialisation verte et les infrastructures résilientes au climat dans toute l’Afrique.

Il est encourageant de constater que les États-Unis et le Kenya viennent d’annoncer de nouveaux partenariats dans les domaines de l’énergie propre, du commerce, de l’investissement et de la technologie, et l’on espère que les récentes annonces d’investissements du secteur privé américain sur le continent mettront en évidence l’importance de l’Afrique pour les électeurs et les consommateurs américains, galvanisant ainsi la coopération future. et l’investissement.

C’est un bon début ; mais les États-Unis devront élargir la liste des pays africains pouvant bénéficier de meilleures conditions commerciales dans le cadre fixé par la loi américaine sur la réduction de l’inflation. Il lui faudra également réviser les politiques qui limitent par inadvertance les investissements sur le continent. La loi Dodd-Frank de 2010, par exemple, restreint les investissements en République démocratique du Congo et dans ses voisins comme moyen de lutter contre le travail des enfants, même s’il est prouvé que cette disposition n’a pas réussi à enrayer le problème. De même, si les États-Unis mettent en œuvre un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières , ils doivent tenir compte des pays en développement.

Deuxièmement, les États-Unis devraient accroître leurs contributions aux initiatives multilatérales qui promeuvent une croissance et un développement durables en Afrique, car celles-ci serviront également leurs propres intérêts. Un bon exemple est celui de l’Association internationale de développement de la Banque mondiale, qui fournit des financements et des subventions concessionnels aux pays les plus pauvres du monde. Tripler le capital de l’IDA d’ici 2030 lui permettrait de répondre à certains des défis de développement les plus aigus du monde, notamment dans les régions souffrant de conflits, de graves pénuries de capacités ou de catastrophes persistantes liées au climat.

Le soutien à la santé publique et aux systèmes de santé doit également être soutenu. Cela signifie financer correctement Gavi, l’Alliance du Vaccin et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. L’IDA, Gavi et le Fonds mondial reconstituent tous leurs fonds cette année et recherchent de l’argent auprès des États-Unis et d’autres gouvernements. Suite aux annonces encourageantes de haut niveau faites lors de la visite de Ruto, l’Afrique comptera sur les États-Unis pour donner suite et étendre leur soutien au fil du temps.

Mais sans un meilleur cadre de gestion de la dette, une grande partie du soutien que les pays africains reçoivent de l’IDA et d’autres sources sera consacrée au service de la dette plutôt qu’au développement durable. C’est pourquoi les États-Unis doivent également offrir une troisième forme de soutien : un leadership pour réformer l’approche insatisfaisante du financement souverain africain.

Une solution potentielle est la « proposition de transition » du FDL, qui offrirait une solution rapide aux pays à liquidité limitée et avec des ratios de service de la dette élevés. L’allégement de la dette renforcerait non seulement la viabilité financière à long terme de l’Afrique, mais libérerait également des fonds pour l’industrialisation verte et d’autres priorités.

En plus d’augmenter les dons à l’IDA et à d’autres initiatives multilatérales, les États-Unis doivent encourager les institutions financières de développement à augmenter le volume et à améliorer la rapidité et la qualité de leur aide. Et les emprunteurs devraient s’engager dans des programmes qui garantissent une croissance et des investissements verts, car cela les aidera à se sortir de l’endettement. Le cercle vertueux peut être complété par des programmes visant à attirer des financements du secteur privé moins chers et à plus long terme grâce à des mécanismes de financement plus flexibles.

La Vision Nairobi-Washington , annoncée lors de la visite de Ruto à la Maison Blanche, incarne le type d’engagement dont les deux parties ont besoin. Loin d’être un titre ponctuel, le voyage de Ruto pourrait marquer le début d’une nouvelle phase dans le dialogue économique entre l’Amérique et l’Afrique. On espère que cet engagement accru conduira à des formes de coopération plus durables et plus efficaces. L’industrialisation verte sur le continent est dans l’intérêt à la fois de l’Afrique et de l’Amérique. Mais pour que tout nouvel engagement porte ses fruits, les États-Unis doivent soutenir l’Afrique de manière plus systématique et sur une base multilatérale. La crise de la dette africaine, bien que douloureuse, pourrait être la clé pour élaborer une approche américaine plus clairvoyante à l’égard du continent et de ses défis.

Vera Songwe est conseillère principale à l’Institut de stabilité financière de la Banque des règlements internationaux.

Droit d’auteur : Syndicat du projet, 2024.
www.project-syndicate.org

Ceci pourrait vous interesser

Coopération Niger/Unicef : La nouvelle représentante résidente de l’Unicef présente ses lettres de créance

Le Ministre des Affaires Étrangères de la Coopération et des Nigériens à l’Extérieur M. Bakary ...