Home / A la une / Université de Niamey: la corruption au centre d’une Conférence à la FSEG

Université de Niamey: la corruption au centre d’une Conférence à la FSEG

le conférencier, professeur Idrissa ouedraogo

Le Directeur de l’Université Aube Nouvelle du Burkina Faso, le Professeur Idrissa Ouédraogo, a animé le lundi 24 juillet 2023 à la Faculté des Sciences Economiques et Gestion (FSEG) de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, une Conférence sur le thème : « Corruption en Afrique : fatalité ou malédiction ». La Conférence s’est déroulée en présence du Doyen de la FSEG, le Professeur Beidari Boubacar, du Professeur Ousmane Sambo Mamadou, ancien ministre de l’Education Nationale, du Professeur Eugénie Maiga de l’Université Norbert Zongo de Koudougou (Burkina Faso) et de plusieurs autres personnalités scientifiques.

Dans son mot de bienvenue, le Professeur Beidari Boubacar a exprimé sa satisfaction pour l’organisation de cette rencontre qui a regroupé plusieurs dizaines de participants. Il a également souligné l’importance du thème de la rencontre dans un contexte où la corruption est devenue une préoccupation majeure en Afrique et partout dans le monde. A l’entame de la Conférence, le Professeur Idrissa Ouédraogo a rappelé qu’en 2022, le score moyen de l’Afrique subsaharienne dans l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) de Transparency International était de 32 sur 100. Selon le conférencier, sur 49 pays évalués, seuls cinq (5) ont obtenu un score supérieur à la moyenne ou égale à la moyenne acceptable qui est de 50/100. « Dans un tel contexte, il est nécessaire de chercher à savoir si en Afrique la corruption est une fatalité ou malédiction », a-t-il affirmé.

Le Professeur Idrissa Ouédraogo a également indiqué que la corruption est un concept qui revêt plusieurs dimensions et qui de fait est complexe. Mais, globalement, la corruption est le fait d’utiliser sa position de responsable d’un service public ou privé pour engranger des bénéfices personnels ou des gains au profit de sa famille, de son clan, et ou des membres d’une organisation, selon le conférencier. Par ailleurs, il a évoqué les infractions assimilées, notamment le pot-de-vin, le dessous de table, l’arrosage, la fraude, le trafic d’influence, entre autres.

Une vue des participants à la conférence

Aussi, le conférencier a relevé que dans la sous-région ouest-africaine la corruption gagne du terrain et elle est favorisée par certaines traditions socioculturelles ainsi que la défaillance des institutions. De même, évoquant les effets économiques de la corruption, le Professeur Idrissa Ouédraogo a expliqué que ce phénomène est une véritable entrave pour le développement socioéconomique. Ainsi, il a estimé que la corruption est un phénomène qu’il faut combattre de façon drastique. « La lutte contre la corruption constitue un facteur déterminant dans la mise en œuvre des stratégies de développement, notamment dans les pays en développement », a souligné Professeur Idrissa Ouédraogo.

Notons que cette conférence a été clôturée par des échanges fructueux qui ont permis aux participants de s’édifier davantage sur les différentes questions liées à la corruption. Le programme des activités se poursuit à la FSEG jusqu’au jeudi 27 juillet 2023, avec plusieurs Soutenances de thèses, une Conférence en panel et un séminaire de formation.

Boubacar Hamani LONTO

Ceci pourrait vous interesser

Retrait des forces américaines du Niger : Vers la fin de l’influence occidentale au sahel

Le 16 mars dernier, le gouvernement de la République du Niger dénonçait les accords militaires ...