Home / A la une / Série sur le développement durable : RUTO – Comment les dirigeants du G7 peuvent débloquer des financements pour l’Afrique

Série sur le développement durable : RUTO – Comment les dirigeants du G7 peuvent débloquer des financements pour l’Afrique

Comment les dirigeants du G7 peuvent débloquer des financements pour l’Afrique

-Guillaume Ruto
William Ruto est président du Kenya.

NAIROBI – Le changement climatique continue de ravager l’Afrique, qui subit des conditions météorologiques extrêmes et des catastrophes naturelles d’une ampleur sans précédent. Mon propre pays, le Kenya, vient de sortir de sa plus longue sécheresse jamais enregistrée, pour ensuite subir des inondations dévastatrices, qui ont tué 289 personnes et touché plus de 800 000 personnes. Pendant ce temps, le Malawi, la Zambie et le Zimbabwe ont récemment connu une grave sécheresse qui a exposé des millions de personnes à la faim, et la région du Sahel a été frappée par une vague de chaleur débilitante, entraînant la mort de plus de 100 personnes au Mali.

Le changement climatique provoque de plus en plus de sécheresses en Afrique, mettant en péril l’approvisionnement en eau. Elle détruit des vies et des moyens de subsistance, paralyse la production alimentaire et détruit les habitations et les infrastructures. Elle affecte les schémas migratoires et exacerbe les conflits, obligeant des populations entières à fuir à la recherche de moyens de subsistance alternatifs pour survivre.

Pire encore, les pays africains paient des taux d’intérêt jusqu’à huit fois plus élevés que ceux attachés aux prêts classiques de la Banque mondiale, les laissant encore moins équipés pour faire face aux défis liés au climat. Cette disparité reflète un système financier international qui a été créé en 1945, alors que la plupart des pays africains n’existaient pas encore, et qui reste penché en faveur des pays riches. De nombreux pays africains sont piégés dans un cycle perpétuel d’endettement, avec peu ou pas d’espace budgétaire pour le développement et les investissements dans l’atténuation ou l’adaptation au changement climatique.

En fait, les pays en développement contribuent désormais de manière nette aux flux financiers de l’économie mondiale. Les transferts financiers nets vers les pays en développement ont chuté d’un sommet de 225 milliards de dollars en 2014 à 51 milliards de dollars en 2022 ; et en 2023, 74 milliards de dollars d’intérêts ont quitté les pays de l’Association internationale de développement (IDA) (qui comprennent des économies à faible revenu et certaines économies à revenu intermédiaire de la tranche inférieure) pour les pays donateurs plus riches.

Ces tensions financières entravent les efforts des pays africains non seulement pour s’adapter à l’impact du changement climatique, mais aussi pour effectuer la transition vers une économie à faibles émissions de carbone, sans parler de l’allocation de ressources adéquates à l’éducation, aux soins de santé et à la protection sociale. C’est pourquoi l’Afrique – et le reste du monde en développement – ​​appelle à des réformes urgentes de l’architecture financière mondiale.

Mais il appartient au G7 et au G20 de prendre les mesures nécessaires dans ce sens. En tant qu’actionnaire majeur des banques multilatérales de développement, les États-Unis peuvent contribuer à montrer la voie.

Lorsque le G7 se réunira dans les Pouilles, en Italie, pour son 50ème sommet le mois prochain, les dirigeants des principaux pays donateurs pourront faire preuve de solidarité avec l’Afrique en s’engageant à soutenir la restructuration et l’annulation de la dette, ainsi qu’à prendre des dispositions pour un financement du développement plus concessionnel et à plus long terme. . Lors du sommet Italie-Afrique de janvier, la Première ministre italienne Giorgia Meloni s’est engagée à être l’amie et l’envoyée de l’Afrique au G7, et nous restons convaincus qu’elle et d’autres dirigeants bien intentionnés du G7 fourniront les clés pour débloquer les financements dont l’Afrique a besoin.

Un système financier équitable accorderait à tous les pays un accès égal aux capitaux propres. Un moyen facile d’y parvenir serait de réaffecter les droits de tirage spéciaux (DTS, l’actif de réserve international du Fonds monétaire international) à la Banque africaine de développement.

Alors que le G20 a lancé le Cadre commun pour le traitement de la dette il y a quatre ans, le rythme de la restructuration reste malheureusement mal adapté aux besoins des pays. Les pays riches doivent faire preuve de leadership et débloquer les financements dont les pays africains ont besoin pour libérer leur potentiel de croissance. Continuer à en parler ne servira à rien.

J’ai récemment accueilli le sommet de reconstitution de l’IDA à Nairobi, où 19 chefs d’État ou de gouvernement de tout le continent ont discuté de la crise de la dette de l’Afrique et de la façon dont elle a été aggravée par les coûts liés au climat et les cicatrices économiques de la pandémie de COVID-19. Tous ont convenu que nous avons besoin que les pays riches se montrent à la hauteur et augmentent le financement pour répondre aux besoins de l’Afrique en matière de climat et de développement. Nous appelons nos amis – les États-Unis, l’Union européenne, le Royaume-Uni et le Japon – à fournir un flux constant de financements concessionnels à long terme, dont au moins 120 milliards de dollars pour la reconstitution d’IDA21, en vue de tripler le fonds. d’ici 2030.

Plutôt que de jouer les victimes, nous souhaitons contribuer à rendre le monde plus habitable. Nous prenons les devants et montrons qu’il est possible d’atteindre la prospérité sans détruire la planète, grâce à une industrialisation verte. Lors de ma visite d’État aux États-Unis, je préciserai que le Kenya – et l’Afrique dans son ensemble – est ouvert aux affaires.

Nous invitons les investissements qui exploiteront nos immenses ressources énergétiques renouvelables, notre main-d’œuvre jeune et qualifiée et notre environnement commercial propice. Nous offrons des opportunités majeures dans les domaines de la fabrication de vêtements, de l’agriculture, des technologies de l’information et de la communication et bien d’autres encore. Les États-Unis constituent déjà le plus grand marché d’exportation du Kenya et, alors que nous célébrons le 60e anniversaire des relations diplomatiques entre les États-Unis et le Kenya, nous chercherons à bâtir sur cette relation et à accroître les gains en matière de commerce et de développement durable pour les deux pays.

William Ruto est président du Kenya.

Droit d’auteur : Syndicat du projet, 2024.
www.project-syndicate.org

Ceci pourrait vous interesser

Coopération Niger/Unicef : La nouvelle représentante résidente de l’Unicef présente ses lettres de créance

Le Ministre des Affaires Étrangères de la Coopération et des Nigériens à l’Extérieur M. Bakary ...