Home / A la une / Report de la présidentielle au Sénégal : Vers la réhabilitation d’Ousmane Sanko ?

Report de la présidentielle au Sénégal : Vers la réhabilitation d’Ousmane Sanko ?

Prévue se tenir le 25 février 2024, l’élection présidentielle sénégalaise est reportée à la dernière minute au 15 décembre de l’année en cours soit une rallonge de huit (8) mois pour le Président Macky Sall qui devait quitter son fauteuil présidentiel, le 02 avril 2024.

Cette élection si elle devait se tenir à la date prévue, c’est-à-dire le 25 février, elle sera sans le principal opposant Ousmane Sonko. Ce dernier est actuellement en prison suite à plusieurs chefs d’accusations parmi lesquels, outrage à un ancien membre du gouvernement du président Macky Sall.

Le scrutin du 25 février 202’, ne se tiendra pas également avec un autre opposant au président sortant à savoir, le fils de l’ancien président sénégalais, Karim Wade dont la candidature a été recalée par le Conseil Constitutionnel suite à sa double nationalité française et sénégalaise. C’est d’ailleurs suite au rejet de cette candidature et de la validation de celle de Rose Wardini auxquels s’ajoute le procès qui oppose certains députés aux juges du Conseil Constitutionnel que le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) de Karim Wade a appelé au report de la présidentielle.

Les députés de la majorité et le Président Macky Sall ont tenu cette perche tendue par les députés de l’opposition regroupés au sein du PDS. Cette action laisse paraitre clairement l’entente retrouvée entre le camp présidentiel et l’opposant Karim Wade qui était en exil depuis plusieurs années aux Emirat Arabes Unis. Il vient ainsi de fumer le calumet de la paix avec Macky Sall après avoir été empêché de se présenter à la dernière élection présidentielle de 2019.

Pour justifier le report de dix (10) mois, Macky Sall a d’ailleurs évoqué la réconciliation nationale en mettant en évidence la tension née des derniers évènements relatifs à l’affaire dite d’Ousmane Sanko qui pourront constituer des germes de contestations pré et post électorales qui régnaient avant sa décision du 3 février reportant l’élection présidentielle.

Dans ce souci de passer le témoin à un successeur élu à l’issue d’un scrutin inclusif, crédible et transparent, le Président Macky Sall serait en concertation avec l’équipe de l’opposant Ousmane Sanko en vue de sa libération qui sera suivie de sa participation à l’élection présidentielle du mois de décembre 2024.

Plusieurs sources indiquent que les équipes des deux hommes sont en pleine discussion sous l’impulsion de certains hommes de l’ombre des deux (2) camps en vue de trouver un modus vivendi sur le cas Sonko.

Des sources dignes de foi indiquent que le scrutin du 25 février reporté au 15 décembre 2024 sera encore repoussé de deux ans. Ce cas de figure a-t-il été accepté par Ousmane Sonko ? En tout cas, c’est serait le résultat des discussions entamées entre le Chef de l’Etat Macky Sall et son principal opposant Ousmane Sanko, révèlent des sources proches des deux personnalités.

Les discussions entre les deux hommes porteraient également sur la mise en place d’un gouvernement d’ouverture qui verrait la participation de l’opposition, a indiqué les mêmes sources. Quoiqu’il en soit, le scrutin du 25 février 2024 n’aura pas lieu malgré les appels incessants au calme et au respect du délai constitutionnel exigé par la CEDEAO et les Etats-Unis.

Le Président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) devait se rendre d’ailleurs  le lundi 12 février dernier au Sénégal mais le déplacement du président Tinubu a été reporté.

Ibrahim Moussa     

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...