Home / A la une / Rencontre Chef de l’État/ OSC : Les Laboussanistes doivent prendre leur mal en patience

Rencontre Chef de l’État/ OSC : Les Laboussanistes doivent prendre leur mal en patience

Les acteurs de la société civile après l’audience avec le Chef de l’Etat

Les organisations de la société civile qui estiment que sans elles, le CNSP n’est rien étaient au palais de la présidence le samedi dernier. Elles ont été reçu, en audience, indique-ton par le Président du CNSP, Chef de l’État, le général de Brigade Abdourahamane Tiani. Cette rencontre intervient après la déculottée infligée à ces organisations, par le Colonel Ibro Amadou Bacharou lors d’un meeting après la place de la concertation. A cette occasion, le Colonel Ibro n’a pas mâché ses mots pour indiquer que le CNSP n’a d’ordre ou de directive à recevoir de personne et que celui qui veut accompagner et soutenir le CNSP n’a aucune condition à poser.

L’intervention de Ibro à cette tribune avait sonné comme une gifle pour le Front Patriotique qui s’est senti directement visé.

En disgrâce depuis lors et réduits à de petits messages sur les réseaux sociaux, les membres du Front Patriotique hésitaient entre le retour ou le divorce. Finalement la rencontre du Palais présidentiel du samedi 18 mai 2024, une audience soigneusement arrangée à laquelle n’ont pas été conviées d’autres structures de la société civile aussi représentatives et soutenant la transition, a été pour eux une sorte de réhabilitation. Ils exultaient tous de joie à l’idée d’être incontournables. Mais au finish, ils ont compris qu’ils doivent prendre leur mal en patience.

Toutefois en analysant les échanges que les responsables de ces organisations ont eus avec le Général Tiani, l’on se rend compte qu’ils sont loin de retrouver la place primordiale qui était la leur aux premiers jours du coup d’état quand ils dictaient la conduite à tenir.

Face aux questions abordées qui portaient essentiellement sur la défense et sécuritaire, l’éducation, l’énergie et la sécurité alimentaire, le Général Tiani a relevé les efforts fournis par les autorités de transition dans l’élan de souveraineté et de patriotisme qui marque la marche de la transition.

Devant les préoccupations exprimées par certains acteurs, le Général Tiani n’a pas cédé aux polémiques stériles et aux sujets périphériques. Le Chef de l’État est resté sur sa volonté de refondation sincère, laissant ses interlocuteurs dubitatifs et sur leur soif.

Finalement contrairement à ce qu’ils ont pensé, les acteurs de la société civile hôtes du Palais le samedi 18 mai 2024, majoritairement proches du MODEN-Lumana n’ont plus le vent en poupe.

Ils ont compris que le coup d’état du 26 juillet 2023 n’était pas fait pour eux ou pour propulser x o y au pouvoir ou pour régler des comptes aux responsables du régime déchu tel qu’ils le souhaitaient.

Dans les réponses que le président Tiani leur a données, ils ont compris qu’il n’a d’autre ambition que de se concentrer sur des questions d’intérêt national, loin de leurs idées tordues de travailler à promouvoir politiquement quelqu’un.

L’autorité morale du MODEN Lumana, Hama Amadou, a dû comprendre que dès les premiers mois de la transition, celle-ci n’était pas dans leur jeu et ses responsables ne sauraient être manipulables. Face à cette réalité, il s’est éloigné vers la côte laissant ses lieutenants de la société civile dans leurs intrigues et attend la levée de la suspension des activités des partis politiques pour rejoindre ses troupes. Des troupes qui ont atteint les limites de leurs manœuvres politiques et qui doivent encore prendre leur mal en patience.

Adoum Boulkassoum

Ceci pourrait vous interesser

Coopération Niger/Unicef : La nouvelle représentante résidente de l’Unicef présente ses lettres de créance

Le Ministre des Affaires Étrangères de la Coopération et des Nigériens à l’Extérieur M. Bakary ...