Home / A la une / Perspectives : La jeunesse en mouvement, exploite les opportunités de la ZLECAf à travers les frontières de l’Afrique

Perspectives : La jeunesse en mouvement, exploite les opportunités de la ZLECAf à travers les frontières de l’Afrique

Addis-Abeba, le 16 août 2023 (CEA) – L’artiste de théâtre et Entrepreneur, Gathige Maina, parti en caravane de l’Afrique de l’Est à l’Afrique australe, pour participer à un forum commercial et découvrir à quel point il est facile pour les jeunes de traverser les frontières africaines, un bénéfice attendu de la Zone de libre-échange continentale africaine a été agréablement surpris.

La circulation à travers les frontières de l’Afrique – cruciale pour le commerce intra-pays – est un défi tant pour les personnes que pour les marchandises, car les pays ont des réglementations variables, certaines prohibitives.

  1. Maina, Fondateur et Directeur de Youth Motion, une organisation kenyane pour les jeunes, n’a pas pu supporter le confinement imposé au début de la pandémie de COVID-19 en 2020 qui l’a amené à dialoguer avec d’autres jeunes en ligne. Un sujet de discussion brûlant a été le lancement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).
  2. Maina a été surpris de voir à quel point les jeunes en savent peu sur l’Accord de libre-échange continental entré en vigueur en mai 2019.

« Le mouvement transfrontalier parle aux jeunes parce que ce sont les jeunes qui foncent et prennent le risque de se déplacer d’une région à l’autre à la recherche de meilleures opportunités », a déclaré M. Maina, expliquant que la ZLECAf ouvre le marché en Afrique et les jeunes doivent saisir les nombreuses opportunités disponibles pour le commerce, l’éducation et les échanges culturels.

En route vers la ZLECAf

Youth Motion Kenya a créé la Caravane Kazini de la ZLECAf, une initiative de plaidoyer mobile visant à sensibiliser les jeunes au Kenya et dans le reste de l’Afrique à la ZLECAf. Le mot « Kazini » est en langue kiswahili, ce qui signifie « La ZLECAf au travail ».

La ZLECAf est désormais la plus grande zone de libre-échange au monde, regroupant 55 pays, avec une population de 1,3 milliard d’habitants et un PIB combiné d’environ 3 400 milliards de dollars. La ZLECAf stimulera le commerce intra-africain en éliminant les barrières commerciales par le biais de protocoles sur le commerce des biens et des services, l’investissement, les droits de propriété intellectuelle et la politique de concurrence.

Youth Motion traverse les frontières par la route d’un pays africain à l’autre pour témoigner que le mouvement à travers l’Afrique est en effet possible et qu’il doit être adopté maintenant pour permettre le commerce intra-africain, a déclaré M. Maina.

À travers des splash mobs et des visites de centres artistiques et culturels et de sites universitaires, Youth Motion utilise l’art visuel, la performance et les beaux-arts, la musique, la poésie, le théâtre, le rap et la création parlée pour diffuser des messages sur la ZLECAf. De plus, l’organisation utilise la culture africaine, caractérisée par l’habillement, le tissage et le commerce à longue distance, dans la sensibilisation.

La première caravane est partie de Nairobi pour se rendre à la Foire du commerce intra-africain à Durban en passant par Dodoma, Lusaka et Gaborone, couvrant cinq pays sur un tronçon de 9 300 km. Ladite Foire est un salon professionnel qui fournit une plate-forme de partage d’informations sur le commerce, l’investissement et le marché et permet aux acheteurs et aux vendeurs, aux investisseurs et aux pays de se rencontrer, de discuter et de conclure des accords commerciaux. M. Maina a déclaré que la deuxième édition de la Caravane qui couvrira environ 20 pays répartis dans 5 des 6 régions d’Afrique culminera avec la Foire du commerce intra-africaine (IATF) au Caire en Égypte en novembre. Au moment de cet entretien, la Caravane avait fait route vers Addis-Abeba, Kigali et Kampala.

« Le débat sur la ZLECAf n’a pas été mené par les jeunes eux-mêmes, elle a été menée par des institutions estimées comme la CEA et le Secrétariat de la ZLECAf, ce qui est formidable, mais que diriez-vous d’avoir cette discussion initiée par des jeunes pour d’autres jeunes et de les exhorter d’agir d’une manière unique, comme la Caravane Kazini », a-t-il déclaré, expliquant que la Caravane prouve que le mouvement transfrontalier est possible mais peut être amélioré.

« Nous avons estimé que même si la ZLECAf a débuté depuis longtemps, les jeunes peuvent faire quelque chose au-delà de la conférence ou de l’atelier ordinaire pour discuter de celle-ci et nous avons pensé à l’idée de sortir des sentiers battus et d’emprunter une voie artistique pour promouvoir la ZLECAf », a déclaré M. Maina, ajoutant que « le thème de l’Union africaine pour 2021 était, « Les arts, la culture et le patrimoine » et cela a joué un rôle essentiel dans le lancement de notre première caravane artistique du Kenya à l’Afrique du Sud où nous avons eu une audience avec la Division de l’intégration régionale et du commerce de la CEA, le Centre africain pour la politique commerciale et le secrétariat de la ZLECAf avec lesquels nous collaborons pour organiser l’édition 2023 de la Caravane, du Kenya à l’Égypte.

La libre circulation, la jeunesse libre

  1. Maina a déclaré que l’Afrique est riche en culture avec plus de 2 000 langues et un patrimoine diversifié et que le mouvement des Africains à travers les frontières favorisera ce patrimoine. L’industrie créative abrite plus de 50 % des jeunes en Afrique et avec l’approbation du protocole sur les jeunes et les femmes de la ZLECAf, les jeunes seront véritablement habilités dans l’arène commerciale.

« La caravane a fourni le meilleur véhicule pour transmettre le message sur la libre circulation des personnes dans le cadre de la ZLECAf », a-t-il déclaré. « Ce sont les jeunes qui insufflent la vie à ce cadre parce que la libre circulation des personnes ne peut être que consignée sur papier, mais si nous participons nous-mêmes à ce mouvement, nous le ferons fonctionner et cela ira au-delà de sa capture sur papier. »

Le Protocole sur les femmes et les jeunes dans le commerce est en cours d’élaboration. Les protocoles inaugurent un marché continental avec la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes, comme indiqué dans l’Accord établissant la ZLECAf et l’Agenda 2063 de l’Union africaine, l’Afrique que nous voulons.

« Le commerce rassemble », a déclaré M. Maina, ajoutant que « ce dernier donne aux jeunes la possibilité de se découvrir et de faire entendre leur voix ».

Pour que les jeunes bénéficient efficacement du commerce intra-africain, ils ont besoin de compétences entrepreneuriales, de connaissances financières et d’un accès au capital, explique Jullie Kubia, Directrice du marketing et de la recherche de marché d’Africa Field Agents, une société de recherche spécialisée sur le marché africain.

« Nous avons besoin de politiques qui tiennent compte de l’épanouissement des jeunes, grâce au mentorat, au renforcement des compétences et aux services de développement des entreprises », a déclaré Kubia, soulignant que le coût de l’accès numérique empêche les jeunes qui n’ont pas beaucoup de fonds de départ de s’épanouir.

« Les jeunes sont férus de technologie. Mais, afin de tirer pleinement parti de l’espace numérique pour promouvoir leurs entreprises, il faut des infrastructures abordables – l’accès à Internet, le Wi-Fi, les forfaits pour un accès libre sont également coûteux, tout comme l’énergie.

L’art du commerce

Youth Motion a également lancé une autre initiative pour promouvoir la ZLECAf. AfCFTArt est une série de concours artistiques ciblant de jeunes artistes étudiants talentueux de 20 pays répartis dans cinq régions d’Afrique. Les artistes soumettent des œuvres d’art et de culture sur la ZLECAf à travers des courts métrages, de la musique, de la peinture et des conceptions numériques.

« Nous avons eu des entretiens avec des étudiants de différents pays sur le concours et les inscriptions ont commencé en juillet et s’achèvent en septembre 2023. Nous avons une cérémonie de remise des prix en novembre 2023 », a déclaré M. Maina.

-FIN-

À propos de la CEA

 

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : eca-info@un.org

Suivez nous sur les réseaux sociaux :

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...