Home / A la une / Les parties prenantes contribuent au Pacte numérique mondial des Nations Unies pour un avenir numérique inclusif et équitable

Les parties prenantes contribuent au Pacte numérique mondial des Nations Unies pour un avenir numérique inclusif et équitable

Le Cap, 14 juillet 2023 – Une réunion régionale d’examen a récemment eu lieu au Cap visant à intégrer la perspective de l’Afrique dans le Pacte numérique mondial (GDC) des Nations Unies et à promouvoir un avenir numérique plus inclusif et équitable. La réunion s’est penchée sur des thèmes clés, à savoir le développement des infrastructures en Afrique, les biens publics numériques, la confiance numérique, la protection des données, les droits de l’homme, la réglementation des technologies émergentes telles que l’Intelligence artificielle. Des experts, des décideurs et des parties prenantes de 32 États membres représentant le gouvernement, le secteur privé, la société civile et le milieu universitaire qui ont participé à la réunion ont apporté des contributions techniques.

Le GDC vise à favoriser un environnement numérique ouvert, libre et sécurisé, reflétant des principes partagés de confiance, d’inclusivité et de durabilité. L’évènement a été lancé en reconnaissance du potentiel de transformation des technologies numériques dans le monde, soulignant la nécessité d’une coopération internationale pour maximiser les avantages et atténuer les risques. Le Rwanda et la Suède sont des co-facilitateurs menant le processus intergouvernemental pour établir le GDC. Dans le cadre du processus consultatif visant à établir le GDC, l’ONU recherche activement les contributions d’individus, d’organisations et d’entités du monde entier pour façonner un accord global et inclusif.

Dans son allocution d’ouverture, Fayaz King, représentant le Bureau de l’Envoyé du Secrétaire général pour la technologie, a souligné la nécessité pour l’Afrique de jouer un rôle central dans l’élaboration du GDC. Il a souligné l’importance de veiller à ce que l’Afrique ne soit « pas seulement un fournisseur de données à un petit groupe d’entités », mais que celle-ci participe également activement à façonner son avenir numérique. Il a appelé au « développement de normes d’interopérabilité des données et de réglementations efficaces qui vont au-delà de l’autorégulation », tout en soulignant l’importance de réglementer l’IA et de traiter les données de manière à informer les décideurs et servir le bien commun.

Antonio Pedro, Secrétaire exécutif par intérim de la CEA, via un message vidéo, a déclaré : « Les avantages de la prospérité partagée que les technologies émergentes telles que l’IA, la technologie « blockchain » et les systèmes intelligents autonomes peuvent apporter sont inégalement répartis et dominés par des acteurs extérieurs à l’Afrique », signalant l’importance de fournir « des glissières de sécurité politiques et réglementaires de base pour soutenir une transformation numérique sûre et équitable ».

« Le Pacte numérique mondial offre une opportunité de combler ces fossés grâce à son processus de consultation multipartite, de fixer des objectifs clairs et de rassembler les parties prenantes », a-t-il ajouté.

Leon Juste Ibombo, Ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique de la République du Congo et Président du Conseil des ministres des TIC (CMICT), a soulevé les questions d’inclusivité, notant l’importance « d’élargir le bassin de données linguistiques pour la formation des modèles d’IA au-delà de l’usage prédominant des langues anglaise et chinoise ». Il a souligné les avantages d’encourager les initiatives qui améliorent la culture numérique, y compris le codage et l’apprentissage automatique.

Représentant le Ministère sud-africain des communications et des technologies numériques, Alfred Mamadou, a souligné que les acteurs étatiques et non étatiques doivent travailler ensemble pour développer l’économie numérique de l’Afrique et a salué l’approche multipartite et consultative du GDC pour façonner les cadres réglementaires.

Pour sa part, Nelson Muffuh, Coordonnateur résident des Nations Unies en Afrique du Sud, a souligné l’importance d’aborder les négociations « en position de force plutôt que de désavantage » et a souligné la nécessité de donner la priorité au renforcement des capacités afin d’améliorer les compétences et les connaissances nécessaires pour adopter efficacement les technologies numériques.

Alison Gillwald, Directrice exécutive de la recherche TIC en Afrique (RIA), a souligné la nécessité de réduire le « paradoxe de la fracture numérique » selon lequel la couverture existe mais la pénétration est à la traîne. La faible utilisation productive des services en ligne et la faible gouvernance de l’espace numérique figurent parmi les défis qu’elle a soulignés.

« Il est nécessaire de disposer de données empiriques par le biais de la recherche pour éclairer les politiques et le développement ultérieur de l’économie numérique en Afrique, ainsi que de changer le paradigme dans la manière dont les données de l’économie numérique sont collectées et utilisées en se concentrant sur la recherche d’un point de vue contexte africain pour l’économie numérique et la désagrégation des données », a déclaré Gillwald.

Les participants ont souligné la nécessité de briser les silos et l’importance de partager les informations ainsi que d’impliquer toutes les parties prenantes pour tirer parti des piliers de l’ONU que sont la paix et la sécurité, les droits de l’homme et le développement durable. La résolution des fractures dans les infrastructures numériques, les lacunes des politiques en matière de gouvernance des nouvelles technologies et le développement des talents et des capacités pour une transformation numérique juste et équitable ont également été mis en évidence.

Selon Mactar Seck, Chef de la Section de la technologie et de l’innovation, le Centre d’excellence numérique de la Commission économique pour l’Afrique poursuivra le processus consultatif visant à consolider les voix africaines dans le cadre multipartite du GDC et des efforts collectifs pour relever les défis numériques mondiaux. Le GDC devrait être approuvé lors du Sommet de l’avenir en septembre 2024.

Plus d’informations sur le rapport du Secrétaire général ici : « Notre agenda commun ».  Cliquez ici pour le Pacte numérique mondial et des informations sur le Bureau de l’Envoyé du Secrétaire général pour la technologie.

-Fin-

À propos de la CEA

 

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

Publié par :
La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : eca-info@un.org

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...