Home / A la une / Le rapport Goalkeepers de la Fondation Gates cite sept innovations qui pourraient sauver deux millions de mères et de bébés d’ici 2030

Le rapport Goalkeepers de la Fondation Gates cite sept innovations qui pourraient sauver deux millions de mères et de bébés d’ici 2030

Melinda French Gates et Bill Gates appellent à une action urgente pour faire progresser les Objectifs de développement durable des Nations unies et mettre l’accent sur la réduction de la mortalité maternelle et infantile

SEATTLE, 12 septembre 2023 /PRNewswire/ — La Fondation Bill & Melinda Gates a publié aujourd’hui son septième rapport Goalkeepers, qui décrit les domaines dans lesquels le monde a collectivement échoué à mi-parcours de la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, et ceux dans lesquels l’innovation et l’investissement peuvent alimenter les progrès, en particulier dans la lutte contre la hausse mondiale de la mortalité maternelle et infantile.

Coécrit par les coprésidents de la fondation, Melinda French Gates et Bill Gates, le rapport met en lumière de nouvelles données qui montrent le potentiel d’élargissement de l’accès mondial à sept innovations et pratiques qui s’attaquent aux principales causes de décès maternels et néonatals.

« En rendant les nouvelles innovations accessibles à ceux qui en ont le plus besoin, deux millions de vies supplémentaires pourraient être sauvées d’ici 2030 et 6,4 millions de vies d’ici 2040. Ce sont deux millions de familles épargnées par un déchirement inimaginable et deux millions de personnes supplémentaires qui peuvent façonner et enrichir notre monde », ont-ils écrit.

Depuis 2016, les progrès en matière de réduction de la mortalité maternelle dans le monde sont au point mort et, dans certains pays comme les États-Unis, les taux de mortalité n’ont cessé d’augmenter. Près de 800 femmes meurent en couches chaque jour dans le monde. Bien que le nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans ait continué à diminuer depuis le milieu des années 2010, le premier mois de la vie d’un nouveau-né reste le plus dangereux : aujourd’hui, près de la moitié de tous les décès d’enfants âgés de moins de cinq ans ont lieu à cette période. On estime que 74 % des décès d’enfants surviennent au cours de la première année de vie du bébé.

Dans leurs essais respectifs, Mme French Gates et M. Gates reconnaissent les efforts mondiaux déployés entre 2000 et 2015 pour améliorer de manière significative la santé des mères et des bébés, mais ils soulignent également que les progrès se sont interrompus depuis l’apparition de la COVID-19. Ils expliquent comment la découverte d’informations révolutionnaires sur la santé maternelle et infantile au cours des dix dernières années a conduit à des innovations et à des pratiques peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre qui permettent de prévenir et de traiter les complications mortelles liées à l’accouchement, telles que les hémorragies post-partum, les infections et l’anémie maternelle. Ils préconisent une action immédiate afin de remettre le monde sur la voie de la réalisation de l’objectif mondial consistant à ramener le taux de mortalité maternelle à moins de 70 pour 100 000 naissances, et le taux de mortalité néonatale à 12 décès pour 1 000 naissances vivantes d’ici 2030.

« Comme c’est souvent le cas dans le domaine de la santé mondiale, les innovations ne parviennent pas aux personnes qui en ont le plus besoin : les femmes des pays à faible revenu, ainsi que les femmes noires et natives des pays à revenu élevé comme les États-Unis, qui meurent trois fois plus que les femmes blanches. Cela doit changer », écrit Mme French Gates. « Nous avons constaté à maintes reprises que lorsque les pays accordent la priorité à la santé des femmes et investissent dans ce domaine, ils libèrent un puissant moteur de progrès qui peut réduire la pauvreté, faire progresser l’égalité entre les hommes et les femmes et construire des économies résilientes ».

« Au cours de la dernière décennie, le domaine de la santé infantile a progressé plus vite et plus loin que je ne pensais le voir de mon vivant », a déclaré Bill Gates. « Si notre action peut suivre le rythme de notre apprentissage, si les chercheurs peuvent continuer à développer de nouvelles innovations et si les agents de santé qualifiés peuvent les apporter à chaque mère et à chaque enfant qui en ont besoin, alors davantage de bébés survivront à ces premiers jours cruciaux ».

Bon nombre des innovations et pratiques vitales mises en évidence dans le rapport peuvent être mises en œuvre par les sages-femmes et les accoucheuses au sein des communautés. Ils comprennent :

  1. Un ensemble d’interventions permettant de réduire de 60 % le taux d’hémorragie du post-partum, première cause de décès maternel, pour moins d’un dollar par paquet
  2. Le Bifidobacterium (B. Infantis), un nouveau supplément probiotique qui, lorsqu’il est administré à un nourrisson en même temps que le lait maternel, combat la malnutrition – l’une des principales causes de décès des nouveau-nés
  3. Des suppléments de micronutriments multiples (MMS) qui augmentent les taux de survie des bébés en aidant à reconstituer les réserves de nutriments chez les femmes enceintes et en garantissant que ces nutriments vitaux sont transférés au bébé
  4. Une nouvelle perfusion unique de fer IV pour les femmes qui reconstitue les réserves de fer pendant la grossesse, protégeant et traitant l’anémie, une condition qui est à la fois une cause et un effet de l’hémorragie du post-partum et qui affecte près de 37 % des femmes enceintes
  5. Les corticostéroïdes anténataux (ACS), administrés aux femmes qui vont accoucher prématurément, accélèrent la croissance des poumons du fœtus, ce qui permet d’obtenir plusieurs semaines de maturation en quelques jours seulement
  6. L’azithromycine, qui réduit les infections maternelles pendant la grossesse et empêche les infections de dégénérer en septicémie, cause de 23 % des décès maternels aux États-Unis, et réduit la mortalité lorsqu’elle est administrée à des nourrissons dans des contextes où la mortalité est élevée.
  7. Un échographe portable doté d’une IA qui permet aux infirmières et aux sages-femmes de surveiller les grossesses à haut risque dans les régions à faibles ressources, afin de garantir que les risques sont diagnostiqués et traités rapidement

À mi-chemin de l’échéance fixée pour la réalisation des ODD, le rapport Goalkeepers montre que sur 18 indicateurs – de la pauvreté à l’égalité des sexes, de l’éducation à la sécurité alimentaire, de la santé au climat – le monde n’est pas sur la bonne voie. Il souligne le besoin urgent d’agir, ainsi qu’un engagement mondial renouvelé pour assurer un avenir plus équitable et plus sûr pour tous d’ici 2030. Pour les mères et les bébés, l’accès aux soins de santé de qualité dont ils ont besoin pour vivre longtemps et en bonne santé nécessitera des changements de politique, une volonté politique et davantage d’investissements dans la santé des femmes et le personnel de santé, y compris les sages-femmes.

« Le monde a progressé si loin, si vite, dans notre compréhension des moyens de sauver les vies les plus fragiles », a déclaré Mark Suzman, directeur général de la Fondation Gates. « Ensemble, nous pouvons traduire ces connaissances en progrès tangibles, en aidant les pays à accéder aux produits de la plus haute qualité connus pour sauver la vie d’une mère et d’un bébé, en investissant davantage dans la recherche et le développement de nouveaux outils et approches permettant de sauver des vies, et en veillant à ce que les femmes aient la maîtrise de leurs propres soins de santé tout au long de leur parcours jusqu’à la maternité. Le monde peut et doit faire plus pour devenir plus sain, plus prospère et plus égalitaire ».

À propos de la Fondation Bill & Melinda Gates

Guidée par la conviction que chaque vie a une valeur égale, la Fondation Bill & Melinda Gates s’efforce d’aider tous les individus à mener une vie saine et productive. Dans les pays en développement, elle s’attache à améliorer la santé des populations et à leur donner la possibilité de sortir de la faim et de l’extrême pauvreté. Aux États-Unis, elle vise à garantir que toutes les personnes, en particulier celles qui ont le moins de ressources, ont accès aux opportunités dont elles ont besoin pour réussir à l’école et dans la vie. Basée à Seattle, dans l’État de Washington, la fondation est dirigée par Mark Suzman, sous la direction des coprésidents Bill Gates et Melinda French Gates et du conseil d’administration.

À propos de Goalkeepers

Goalkeepers est la stratégie mise en place par la fondation pour accélérer les actions en faveur du progrès vers les objectifs de développement durable (objectifs mondiaux). En partageant les histoires et les données qui se cachent derrière les objectifs mondiaux par le biais d’un rapport annuel, nous espérons inspirer une nouvelle génération de leaders – les Goalkeepers – qui sensibilisent aux progrès accomplis, demandent des comptes à leurs dirigeants et incitent à l’action pour atteindre les objectifs mondiaux.

À propos des objectifs mondiaux

Le 25 septembre 2015, au siège des Nations unies à New York, 193 dirigeants du monde entier se sont engagés à atteindre les 17 objectifs de développement durable (objectifs mondiaux). Il s’agit d’une série d’objectifs et de cibles ambitieux visant à réaliser trois choses extraordinaires d’ici à 2030 : mettre fin à la pauvreté, lutter contre les inégalités et l’injustice et lutter contre le changement climatique.

Contact pour les médias : media@gatesfoundation.org

Lien vers le rapport : https://www.gatesfoundation.org/goalkeepers/report/2023-report/

Rapport sur les actifs visuels : http://gatesfoundation.isebox.net/gk23/goalkeepers

 

 

SOURCE Bill & Melinda Gates Foundation

Ceci pourrait vous interesser

Célébration de l’Aïd El Fitr : Le Président Abdourahamane Tiani a prié à la grande mosquée de Niamey

La communauté musulmane du Niger  a célébré ce mardi 9 avril 2024 la fête de ...