Home / A la une / Le Groupe de Travail Humanitaire (GTH-OIREN) lance un appel d’urgence pour faire face à la soudure précoce et la flambée des prix des denrées au Niger.

Le Groupe de Travail Humanitaire (GTH-OIREN) lance un appel d’urgence pour faire face à la soudure précoce et la flambée des prix des denrées au Niger.

la table de séance lors du point de presse

Niamey, 10 juin 2023 : le Groupe de Travail Humanitaire des ONG internationales (GTH-OIREN)
rend publique une note de plaidoyer pour alerter les autorités et les différents acteurs sur l’urgence
d’une action coordonnée face à la période de soudure à venir dont les effets pourraient contribuer à affaiblir davantage les communautés vulnérables. Cet appel répond à une profonde inquiétude pour des millions de personnes confrontées à une superposition des crises sécuritaire, sanitaire, alimentaire, nutritionnelle et climatique au Niger.
Le Niger reste confronté à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire, avec deux millions de
personnes ayant eu un accès irrégulier à des aliments sains et nutritifs au cours du dernier
trimestre 2022.
Selon le Plan de réponse humanitaire (PRH) 2023,
4,3 millions de personnes ont besoin d’une
assistance humanitaire soit une augmentation de
14 % par rapport à l’année 2022.
Il est estimé que près de
3,3 millions de personnes seront en insécurité alimentaire au cours de
la période juin à août 2023.
Les violences contre les populations civiles et les menaces qu’exercent les groupes armés non
étatiques ont poussé de nombreux ménages et communautés à se déplacer contre leur gré vers
des zones mieux sécurisées. La présence dans les zones d’accueil de ces populations déplacées
internes, réfugiées ou retournées a augmenté de façon significative la pression sur les ressources
naturelles, les infrastructures et les services sociaux de base. Cette situation a aggravé la
vulnérabilité des déplacés et des réfugiés, mais également des populations hôtes, à travers
différents facteurs.
La situation est exacerbée, par des chocs climatiques récurrents (inondations, insuffisance et
mauvaise répartition de la pluviométrie, perte de récoltes, perte d’emploi et d’alternatives
économiques ainsi qu’une perte des pâturages) qui fragilisent davantage les communautés et
favorisent l’insécurité alimentaire.
Les prix des denrées alimentaires, notamment le mil, continuent leur évolution à la hausse, à un
rythme moyen
de 5 à 10 % par rapport à 2021, mais dans une fourchette de 10 à 25 % par
rapport à la moyenne quinquennale. Sur les marchés comme ceux de des régions de Tillabéry et
Tahoua où l’insécurité a perturbé les circuits d’approvisionnement, la hausse des prix moyens varie
entre
20 et 40 % par rapport à la moyenne quinquennale.
Les données d’alerte montrent l’urgence d’une réponse immédiate afin de prévenir l’aggravation de
la crise alimentaire et nutritionnelle.
Mohammed Chikhaoui/coordonnateur-représentant du GTH estime que
« si des actions urgentes
et conséquentes ne sont pas entreprises dès le début du mois de juin, la situation
exposée risque de se détériorer davantage. »
POUR PLUS D’INFORMATION, VEUILLEZ CONTACTER
Djaffra TRAORE Lead du Groupe Technique Plaidoyer de l’OIREN – GTH
+227 81 51 51 60 |
djtraore@ne.acfspain.org
Ibrahim Laouel | Plaidoyer et Communication Action Contre la Faim Mission Niger |
ilaouel@acfspain.org
SAIDOU GARBA Bachir | CARE Niger-Burkina Faso | Senior Manager Advocacy & Communication
Saidou.GarbaBachir@care.org

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...