Home / A la une / La Déclaration de Nairobi encourage fortement l’accélération de l’action climatique et des mécanismes de financement

La Déclaration de Nairobi encourage fortement l’accélération de l’action climatique et des mécanismes de financement

Nairobi, Kenya, le 7 septembre 2023 (CEA) – Les dirigeants africains qui appellent à une action urgente de la part des pays développés pour réduire les émissions de carbone, ont proposé un nouveau mécanisme de financement pour restructurer la dette lourde de l’Afrique et pour débloquer le financement climatique.

Lors de l’appel à l’action, les dirigeants africains participant au premier Sommet africain sur le climat qui s’est tenu à Nairobi, au Kenya, ont souligné l’importance de décarboner l’économie mondiale pour l’égalité et une prospérité partagée. Ils ont appelé à des investissements pour promouvoir l’utilisation durable des atouts naturels de l’Afrique pour la transition du continent vers un développement à faible émission de carbone et sa contribution à la décarbonisation mondiale.

« Nous appelons à une réponse globale et systémique à la crise de la dette naissante, en dehors des cadres de défaut, afin de créer l’espace budgétaire dont tous les Pays en développement ont besoin pour financer le développement et l’action climatique », ont déclaré les dirigeants africains dans la Déclaration de Nairobi sur le changement climatique et l’Appel à l’action, adoptés à l’issue du Sommet africain sur le climat.

Le Sommet africain sur le climat (ACS) a réuni des dirigeants mondiaux, des organisations intergouvernementales, des Communautés économiques régionales, des agences des Nations Unies, le secteur privé, des Organisations de la société civile, des peuples autochtones, des communautés locales, des organisations d’exploitants agricoles, des enfants, des jeunes, des femmes et des universitaires pour discuter des défis du changement climatique en Afrique et formuler des solutions durables.

Les dirigeants se sont dit préoccupés par le fait que de nombreux pays africains sont confrontés à des fardeaux et à des risques disproportionnés liés aux évènements et aux modèles météorologiques imprévisibles liés au changement climatique. Les conséquences comprennent des sécheresses prolongées, des inondations dévastatrices, des incendies de forêt et des incendies de forêt, qui provoquent une crise humanitaire massive avec des effets néfastes sur les économies, la santé, l’éducation, la paix et la sécurité, entre autres risques, ont déclaré les dirigeants, reconnaissant que le changement climatique est le plus grand défi auquel l’humanité est confrontée et constitue la plus grande menace pour toute vie sur terre.

Soulignant que l’Afrique n’est pas historiquement responsable du réchauffement climatique, mais qu’elle en subit les pires effets, impactant les vies, les moyens de subsistance et les économies, les dirigeants ont souligné que le continent possède le potentiel et l’ambition d’être un élément essentiel de la solution mondiale au changement climatique.

« Nous notons que la réforme du financement multilatéral est nécessaire mais pas suffisante pour fournir l’ampleur du financement climatique dont le monde a besoin pour parvenir à une réduction des émissions de 45 % requise pour respecter les accords de Paris 2030, sans lesquels le maintien du réchauffement climatique à 1,5 % sera sérieusement compromis. « , indique la Déclaration, notant que « En outre, l’ampleur du financement requis pour débloquer une croissance positive pour le climat en Afrique dépasse la capacité d’emprunt des bilans nationaux ».

Les dirigeants africains ont en outre appelé à l’accélération des initiatives en cours visant à réformer le système financier multilatéral et l’architecture financière mondiale, notamment l’Initiative de Bridgetown, l’Agenda Accra-Marrakech, la proposition de relance des ODD du Secrétaire général de l’ONU et le Sommet de Paris pour un nouveau Pacte de financement mondial.

« Nous exhortons les dirigeants du monde à se rallier à la proposition d’un régime [mondial] de taxation du carbone comprenant une taxe carbone sur le commerce des combustibles fossiles, le transport maritime et l’aviation, qui pourrait également être augmentée par une taxe mondiale sur les transactions financières (TTF)) afin de fournir un financement dédié, abordable et accessible pour des investissements positifs à grande échelle relatifs au climat et cantonner ces ressources et la prise de décision en fonction des intérêts géopolitiques et nationaux », ont exhorté les dirigeants.

Le Sommet a proposé une nouvelle architecture de financement adaptée aux besoins de l’Afrique, y compris la restructuration et l’allègement de la dette et l’élaboration d’une nouvelle Charte mondiale du financement climatique par le biais de l’Assemblée générale des Nations Unies et des processus de la COP d’ici 2025.

« Nous appelons à une action collective mondiale pour mobiliser les capitaux nécessaires au développement et à l’action climatique, faisant écho à la déclaration du Sommet de Paris pour un Nouveau pacte de financement mondial selon laquelle aucun pays ne devrait jamais avoir à choisir entre les aspirations au développement et l’action climatique », ont-ils déclaré,  soulignant la nécessité d’une action concrète et rapide sur les propositions de réforme du système financier multilatéral actuellement en discussion. Un système visant spécifiquement à renforcer la résilience aux chocs climatiques et à déployer au mieux le mécanisme de liquidité des Droits de tirage spéciaux.

La Déclaration de Nairobi a été adoptée pour servir de base à la position commune de l’Afrique dans le processus mondial sur le changement climatique jusqu’à la COP 28 et au-delà. Il a également été noté que le Sommet africain sur le climat devrait être créé comme un évènement biennal organisé par l’Union africaine et accueilli par les États membres de l’UA, « afin de définir la nouvelle vision du continent en tenant compte des enjeux mondiaux émergents en matière de climat et de développement ».

 

Publié par :

Section de la communication
Commission économique pour l’Afrique
B.P. 3001
Addis-Abeba
Éthiopie
Tél : +251 11 551 5826
Email : eca-info@un.org

Ceci pourrait vous interesser

Déclaration constitutive du Cadre d’Actions des Professionnels des Médias du Niger (CAP- Médias- Niger)

Déclaration constitutive du Cadre d’Actions des Professionnels des Médias du Niger (CAP- Médias- Niger)   ...