Home / A la une / Journée Nationale de la Femme Nigérienne : Echanges fructueux entre femmes leaders à l’Ecole Alliance Internationale

Journée Nationale de la Femme Nigérienne : Echanges fructueux entre femmes leaders à l’Ecole Alliance Internationale

Le mois de mai est au Niger un mois au cours duquel de nombreuses manifestations sont organisées pour célébrer les femmes. Le 13 mai, date anniversaire de la Journée Nationale de la Femme Nigérienne, cette année n’a pas dérogé à la tradition. En effet, plusieurs manifestations en lien avec la femme nigérienne, les défis auxquels celle-ci est confrontée, les acquis qui sont les siens et les perspectives qui permettront son émancipation et son épanouissement, ont été organisées sur toute l’étendue du territoire nigérien. Dans le cadre de cette journée, le dimanche 12 mai 2024 déjà, certaines femmes leaders ont choisi de se rassembler à l’École Alliance Internationale de Niamey pour échanger sur le thème ‘’comment créer un équilibre dans notre vie’’, un thème qui va en droite ligne avec la condition féminine au Niger.

Ces femmes leaders, issues des domaines socioprofessionnels multiples et des couches sociales diverses  ont pu pour certaines, grâce aux efforts par elles consentis, occuper de postes de responsabilité souvent de convoitises au sein de l’administration publique nationale tandis que d’autres, dans le privé, mènent des activités d’envergure qui les ont propulsées à un niveau élevé de l’échelle sociale ou au devant de la scène nationale.

La rencontre, une idée de la promotrice de l’École Alliance Internationale, Mme Ayoubzadeh Farahnaz, a été initiée en prélude à la célébration de la Journée Nationale de la Femme Nigérienne et comme son thème l’indique, il s’est agi pour les participantes de mener une réflexion approfondie sur comment les femmes doivent-elles créer un équilibre, d’une part entre les exigences du social, le travail et le foyer conjugal et, d’autre part rendre service à la communauté.

Vaste champ de réflexion que les participantes ont su explorer en fonction de l’expérience, de l’histoire et du profil de chacune d’elles par des interventions pertinentes.

La majeure partie des interventions s’est focalisée sur l’action communautaire, notamment sur l’éducation, le développement personnel, les responsabilités au sein du foyer conjugal et le travail.

Au cours des échanges, on peut notamment retenir comme interventions, entre autres, celles des femmes éducatrices qui, grâce à des conversations riches et marquantes avec les familles, sont parvenues à créer des classes des enfants et des groupes de pré-jeunes dans divers quartiers de Niamey.

Dans le même ordre d’idées, la promotrice de l’École Alliance Internationale a fait part des efforts qu’elle fourni auprès des femmes de Tondi Koirey, un quartier de Niamey. Grâce à la régularité de ses actions sur place, actions qui consiste à des rencontres 4 fois par semaine, elle est parvenue à organiser les femmes en groupements féminins dont les réalisations multiples sont en train de contribuer au développement économique local tout en améliorant les relations entre les membres de la communauté locale.

Si pour Aïchatou Soumaila ou Aïcha Dan Kwali, femme leader, artiste de son État, jouissant d’une renommée internationale, sa vie sociale a été sacrifiée sur l’autel de sa célébrité, elle n’en demeure pas moins satisfaite et convaincue d’avoir apporté sa pierre au développement de son pays, le Niger.

Grâce à ses chansons, elle influence beaucoup les nigériens pour un changement positif de comportement, et Sogha, le groupe musical auquel elle appartient, a, selon elle, réhabilité la chanson féminine nigérienne.

Amina Niandou, femme journaliste, actrice de développement, ancienne présidente de l’Association des Professionnelles Africaines de la Communication (APAC Niger) et Secrétaire Générale de l’ONG Femmes Actions et Développement (FAD), la Journée de la Femme Nigérienne est une occasion pertinente pour célébrer la femme nigérienne.

C’est aussi un moment de réflexion autour des défis qui restent à relever par les nigériennes bien que celles-ci aient réussi à obtenir bien des acquis dont le plus important reste l’institutionnalisation de ladite journée.

Journaliste, Amina Niandou a bravé de nombreux obstacles avant de pouvoir se frayer un chemin dans un environnement dominé par les hommes.

Avec ténacité, elle a gravi tant d’échelons dans le secteur de la communication, jusqu’à en devenir une référence avec qui les organisations internationales œuvrant sur les questions du développement du genre au Niger adorent travailler.

Mme Maï Moussa Fati, professionnelle de la santé, pour sa part, est l’une de ces femmes qui, au cours de leur vie, ont fait preuve d’une abnégation sans commune mesure pour avancer.

Elle pense, entre autres, que l’émancipation de la femme doit se produire en collaboration avec les hommes. Elle affirme croire plus en la mixité homme et femme et considère que le succès de toute entreprise axée sur le genre ne peut se produire sans associer les hommes.

Des interventions, il y en eut aussi de la part des personnalités féminines publiques, comme cette femmes qui débuta sa carrière de l’enseignement primaire, gravit les échelons par la formation au niveau universitaire, devint plusieurs fois Secrétaire Générale de Ministère grâce à son engagement politique et eut à occuper des postes de Directrice Générale de certains établissements publics à caractère industriel comme le Centre des Métiers du Cuir et de l’Art du Niger (CMCAN).

Femme battante comme la plupart de ses homologues présentes à la rencontre, elle a, pour aider sa communauté, fondé une école, école dont la création lui a fait vivre tant de péripéties et qui n’a pu voir le jour que grâce aux relations qu’elle a su tisser au cours de sa brillante carrière.

D’où, elle encourage toutes les femmes à se faire des relations car celles-ci peuvent toujours servir dès qu’il s’agisse de sortir d’une mauvaise passe.

 

Bassirou Baki

Ceci pourrait vous interesser

Coopération Niger/Unicef : La nouvelle représentante résidente de l’Unicef présente ses lettres de créance

Le Ministre des Affaires Étrangères de la Coopération et des Nigériens à l’Extérieur M. Bakary ...