Home / A la une / Investissement sensible au genre : un rôle déterminant à jouer pour l’autonomisation économique des femmes et une croissance accélérée en Afrique du Nord

Investissement sensible au genre : un rôle déterminant à jouer pour l’autonomisation économique des femmes et une croissance accélérée en Afrique du Nord

Rabat, 7 juin 2023 – Le Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord et Oxford Economics Africa ont organisé le mercredi 7 juin un atelier en ligne conjoint sur « L’investissement intelligent axé sur le genre pour une croissance inclusive en Afrique du Nord ». Cet événement a été l’occasion pour la CEA et Oxford Economics Africa de présenter les conclusions préliminaires d’un rapport commun sur le même thème à des décideurs politiques, universitaires, représentants du secteur privé et partenaires de développement de l’Afrique du Nord.

Le rapport examine l’environnement dans lequel évoluent l’entrepreneuriat et les petites et moyennes entreprises (PME) d’Afrique du Nord en prêtant une attention particulière à l’apport des femmes dans ce domaine. Il présente des recommandations aux gouvernements pour favoriser l’émergence d’un environnement plus favorable aux entreprises à leadership féminin et ainsi mettre les économies des pays sur la voie d’une croissance plus rapide, plus inclusive et plus résiliente.

« Le rapport souligne que l’entrepreneuriat féminin et les PME dirigées par des femmes ont tendance à créer davantage d’emplois pour ces dernières. Ils sont donc essentiels pour intégrer les femmes dans le marché du travail nord-africain et contribuer à réduire les importantes disparités entre les sexes dans l’emploi dans la région », a déclaré Amal Elbeshbishi, économiste au Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord.

« En améliorant les opportunités économiques pour les femmes, l’investissement intelligent axé sur le genre peut également avoir un impact positif sur les plans social, éducatif et sanitaire, ce qui favorise à son tour le développement durable, la création d’emplois et la résilience en période de crise économique », a déclaré Cobus de Hart, Directeur Services-conseils chez Oxford Economics Africa.

Les chiffres actuels de l’emploi en Afrique du Nord montrent que les femmes représentent une part nettement inférieure de la population en âge de travailler comparée à la moyenne mondiale (moins de 20% de la population en âge de travailler employée en Afrique du Nord est féminine, contre une moyenne mondiale légèrement supérieure à 40%). Cette tendance s’est aggravée à la suite de la pandémie de la Covid-19 et des récents défis économiques rencontrés par la région.

L’Afrique du Nord peut bénéficier considérablement d’une contribution accrue des femmes à son économie. Selon des recherches récentes, les PME et l’entrepreneuriat sont positivement liés à une croissance économique plus rapide et à la création d’emplois. « Les femmes apportent souvent des compétences complémentaires à celles des hommes, par conséquent des politiques, des stratégies et des investissements bien ciblés en faveur des PME à leadership féminin pourraient aussi avoir un impact positif sur la productivité en général », a déclaré Zuzana Brixiova Schwidrowski, Directrice du Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord.

Les pays d’Afrique du Nord ont réalisé des avancées significatives vers l’adoption de législations complètes concernant les PME. Cependant, de nombreux obstacles spécifiques aux femmes entrepreneures et femmes cheffes d’entreprises persistent sur le plan de l’accès à l’information, aux marchés, aux services financiers, à la terre et autres actifs. L’accès inégal à la propriété de ressources telles que la terre entrave notamment l’accès des femmes au crédit et limite la croissance de leurs entreprises. Par ailleurs, la plupart des pays d’Afrique du Nord ne disposent toujours pas de politiques ciblant spécifiquement l’entrepreneuriat féminin et les entreprises dirigées par des femmes.

[Version arabe]

-Fin-

 

Note aux rédacteurs

À propos d’Oxford Economics Africa

Oxford Economics Africa est une filiale majoritaire d’Oxford Economics spécialisée dans la recherche politique et macroéconomique en Afrique. OE Africa dispose d’une équipe hautement qualifiée d’économistes, d’économètres, d’analystes quantitatifs et d’analystes politiques qui ont derrière eux des décennies d’expérience de couverture de l’Afrique.

Pour plus d’informations, visitez https://www.oxfordeconomics.com/region/africa.

Suivez Oxford Economics Africa sur Twitter  et LinkedIn.

 

À propos de la CEA

 

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : eca-info@un.org

Suivez nous sur les réseaux sociaux :

Ceci pourrait vous interesser

Retrait des forces américaines du Niger : Vers la fin de l’influence occidentale au sahel

Le 16 mars dernier, le gouvernement de la République du Niger dénonçait les accords militaires ...