Home / A la une / Investir dans le capital humain et financier pour stimuler l’industrialisation durable, a exhorté la SADC

Investir dans le capital humain et financier pour stimuler l’industrialisation durable, a exhorté la SADC

Antonio Pedro, Secrétaire Exécutif par intérim de la CEA

Luanda, Angola, le 17 août 2023 (CEA) – L’Afrique doit stimuler l’investissement dans le capital humain et financier pour accélérer son industrialisation durable et sa croissance économique, a déclaré Antonio Pedro, Secrétaire exécutif par intérim de la Commission économique pour l’Afrique lors du 43ème Sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), à Luanda, en Angola.

La 43ème session qui s’est ouverte cette semaine avait pour thème, « Le capital humain et financier : Les principaux moteurs de l’industrialisation durable dans la région de la SADC ».

Notant que le capital humain et financier sont les principaux moteurs de l’industrialisation durable, M. Pedro a déclaré qu’une grande partie de l’Afrique n’est pas sur la bonne voie pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) bien que la région possède des ressources pour sauver les ODD et réaliser l’Agenda 2063.

Les pays africains doivent aligner leurs systèmes éducatifs sur les besoins du marché et de la société, a insisté M. Pedro, ajoutant que les gouvernements doivent investir dans la science, la technologie et l’innovation pour s’éloigner du modèle d’extraction des ressources qui caractérise la plupart des pays africains riches en minéraux et intensifier les chaînes de valeur pour éviter le piège de se d’être un Pays à revenu intermédiaire.

Les répercussions des chocs mondiaux des conflits, des crises climatiques, alimentaires et énergétiques ainsi que les tensions accrues appellent une position africaine forte au sein de l’économie géopolitique mondiale, a-t-il déclaré.

« Pour les pays de la région de la SADC, le conflit russo-ukrainien a mis à nu la fragilité des stratégies de diversification qui ne traitent pas les problèmes structurels qui aggravent notre modèle de croissance et les problèmes pertinents de pauvreté et d’inégalité », a déclaré M. Pedro, déplorant que les produits de base La dépendance a laissé de nombreuses économies africaines à la merci des fluctuations des prix mondiaux des produits de base, des cycles d’expansion et de récession, entraînant une instabilité macroéconomique.

Appelant les pays africains à « briser ce cercle vicieux » de la dépendance aux produits de base, M. Pedro a souligné que la diversification commerciale est la solution pour réduire la vulnérabilité de la région aux turbulences des marchés mondiaux et à la géopolitique.

La région de la SADC a besoin d’une voie adaptée en matière d’industrialisation et de diversification économique pour sauver les ODD et réaliser l’Agenda 2063, a souligné le Secrétaire exécutif par intérim, ajoutant :

« Le statu quo ne permettra pas d’atteindre les ODD et l’Agenda 2063 ni l’avenir que nous souhaitons. Nous avons besoin d’un changement de paradigme dans notre approche pour accélérer le rythme de l’industrialisation, réaliser une transformation structurelle aux répercussions plus importantes et atteindre nos objectifs.

 

Les approches multisectorielles stimulent l’industrialisation

 

  1. Pedro a mis les dirigeants africains au défi d’établir un écosystème de changement transformationnel et d’un leadership qui rassemble le gouvernement, le secteur privé et d’autres parties prenantes dans des dialogues de qualité et la cocréation de solutions locales.

« Le temps que nous consacrions à la création d’un environnement propice à l’Investissement étranger direct doit également être consacré à la création d’un environnement adéquat pour les investisseurs nationaux, grands et petits, car l’émergence d’un secteur des Petites et moyennes entreprises fort et compétitif créera des emplois dont nous avons besoin pour la jeunesse », a déclaré M. Pedro, appelant à ce que les politiques industrielles soient au centre des politiques de développement.

En outre, M. Pedro a déclaré que les pays africains doivent aller au-delà de l’aide et élargir le financement pour renforcer les capacités productives en mobilisant davantage de ressources nationales et ce par le biais de fonds de pension attirés par des projets bancables.

« L’industrialisation verte est possible dans la SADC et ce serait une ligne de conduite très intelligente car il nous sera bientôt de plus en plus difficile d’exporter nos biens à valeur ajoutée vers des juridictions qui introduisent des frontières carbone », a déclaré M. Pedro.

Notant que les marchés des crédits carbone peuvent soutenir l’industrialisation en Afrique, M. Pedro a déclaré que la République démocratique du Congo pourrait mener les efforts de la région dans la monétisation des services écologiques du capital naturel pour financer des projets structurants.

À 120 dollars américains la tonne de CO2 séquestrée, l’Afrique peut générer 82 milliards de dollars américains par an, plus que le montant que le continent reçoit en aide au développement outre-mer. En outre, le développement de la chaîne de valeur transfrontalière des Batteries et de véhicules électriques entre la RDC et la Zambie profiterait à la région de la SADC en matière de production de batteries locale et accélérerait le déploiement de l’énergie solaire et éolienne à travers l’Afrique.

Pendant son séjour en Angola, M. Pedro a rencontré le Ministre angolais de l’industrie et du commerce, Rui Miguêns de Oliveira, et a discuté de la nécessité pour le pays de diversifier son économie non seulement en remontant la chaîne de valeur, mais aussi en s’étendant à d’autres secteurs tels que l’agriculture et l’agroalimentaire.

  1. Pedro a souligné l’importance de mobiliser des ressources financières auprès de diverses sources, y compris de créer un véhicule à usage spécial pour permettre à l’Angola d’exploiter les fonds de pension inactifs pour des projets de développement ainsi que de développer le marché angolais des crédits carbone.

Notant que le renforcement du système statistique national est essentiel pour que l’Angola intègre le capital naturel dans sa comptabilité nationale, M. Pedro a déclaré qu’une telle comptabilité garantira que la richesse du pays soit correctement mesurée et puisse améliorer son classement au-delà du positionnement du PIB.

 

 

À propos de la CEA

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : eca-info@un.org

Suivez nous sur les réseaux sociaux :

Ceci pourrait vous interesser

Déclaration constitutive du Cadre d’Actions des Professionnels des Médias du Niger (CAP- Médias- Niger)

Déclaration constitutive du Cadre d’Actions des Professionnels des Médias du Niger (CAP- Médias- Niger)   ...