Home / A la une / Discours à la Nation DU CHEF DE L’ETAT, PRESIDENT DU CNSP A L’OCCASION DU 03 AOÜT

Discours à la Nation DU CHEF DE L’ETAT, PRESIDENT DU CNSP A L’OCCASION DU 03 AOÜT

Le Général de Brigade Abdourhamane Tiani

《Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes

Demain, jeudi 3 Août 2023, par la grâce d’Allah le Tout-Puissant, nous célèbrerons la proclamation de l’indépendance de notre pays intervenue le 3 Août 1960, jour- anniversaire qui a été d’ailleurs décrété fête nationale depuis le 25 mai 2023. C’est certainement le moment alors d’avoir une pensée pieuse pour les pères fondateurs de notre jeune Etat et pour tous ceux qui ont œuvré, à travers les générations, à donner une traduction concrète et un véritable sens à la souveraineté internationale du Niger ainsi proclamée; cela aussi bien sur le plan politique, qu’économique et culturel.

Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes.

La commémoration de la proclamation de l’indépendance du Niger intervient cette année dans un contexte particulier : celui de la prise de pouvoir le 26 juillet 2023 par les Forces de Défense et de Sécurité regroupées au sein du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie CNSP, mettant ainsi fin au régime de la VII République. C’est le lieu de réitérer très clairement que la seule raison ayant motivé l’action du CNSP est et demeure la sauvegarde de notre patrie, le Niger. En effet, c’est à notre corps défendant que nous avons dû intervenir pour mettre fin à la gestion par le régime déchu de la question sécuritaire au Niger; gestion qui, objectivement, a montré ses limites et qui ne laissait véritablement entrevoir aucune solution de sortie de crise, à moyen ou à long termes. C’est tout simplement de la vie des Nigériens et de l’existence même du Niger en tant qu’Etat dont il est ici question, au- delà des problèmes de personne et des querelles politiciennes pour la conquête et la conservation du pouvoir. A cela, il faut ajouter les problèmes devenus désormais endémiques de corruption généralisée et d’impunité, de gabegie, de détournement de deniers publics, de clanisme partisan, de radicalisation des opinions et positions politiques, d’atteintes aux droits et libertés démocratiques, de dévoiement du cadre étatique au profit des intérêts privés et étrangers, de paupérisation de nos laborieuses populations, d’une école en circonstances, nous n’avons procédé à leur interpellation. Ils ont continué à jouir de leur liberté de circulation et d’expression Enfin, par devoir envers le peuple nigérien et conscient de la gravité du moment que vit notre pays, nous sommes toujours restés, avec humilité, à l’écoute de toutes les parties concernées et ouvert au dialogue, pour qu’une fois l’émotion passée chez les uns et les autres, nous puissions ensemble créer les conditions d’une transition apaisée devant déboucher dans un délai relativement court et raisonnable à des élections générales, mais surtout une meilleure approche dans notre lutte contre le terrorisme et les autres maux économiques et sociaux qui minent le développement du Niger.

Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes.

Ces gestes d’apaisement et ces gages de responsabilité, cette volonté de ne pas réprimer de façon arbitraire les ténors du régime déchu car cela relève des seules prérogatives de la justice nigérienne, ce souci constant de ne pas ajouter des difficultés supplémentaires au quotidien des Nigériens ont été assurément mal interprétés et exploités par tous ceux qui par égoïsme et par manque de patriotisme pensent pouvoir encore déstabiliser la transition en cours dans notre pays. En effet, ils ont ainsi cru voir en notre retenue des hésitations dans notre action, ils ont cru voir une absence de cohésion entre les FDS, ils ont cru voir des supposées connivences avec tel ou tel autre acteur voire une absence de vision globale des enjeux et de perspective. Que Seulement, le temps a jusqu’ici permis d’apporter un ferme démenti à leurs allégations mensongères, mais surtout aux Nigériens de comprendre le sérieux et la sincérité de notre action salutaire pour le Niger. Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes, D’abord, toutes les FDS ont adhéré à notre action; cela à travers leurs commandements respectifs, comme l’attestent le communiqué de l’Etat-major des armées en date du 27 juillet 2023 et la présence de tous les chefs militaires nigériens à nos côtés. Non! les FDS du Niger ne vont jamais se diviser et s’entretuer pour des basses raisons politiciennes. Notre grande famille des FDS est le creuset de l’unité nationale du Niger et c’est tous, ensemble, que nous faisons face à l’ennemi sur le terrain et souvent au prix du sacrifice suprême. Ensuite, le fier peuple du Niger a toujours fait corps avec son armée et l’ensemble de ses FDS. Les FDS sont l’émanation profonde du peuple nigérien qui sait pouvoir compter sur elles dans les moments les plus difficiles.

Non! le peuple nigérien ne va jamais se soulever contre ses FDS, ses propres fils, pour des considérations partisanes et les intérêts égoïstes de quelques politiciens. Enfin, les populations du Niger ont une vielle tradition de vivre ensemble et de coexistence pacifique. Le brassage ethnique et social, le lien de cousinage, nos valeurs traditionnelles africaines et surtout religieuses constituent le ciment de notre unité nationale.

Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes

Comme vous pouvez le constater, aucun facteur politique interne ne s’oppose véritablement à l’action salutaire du CNSP. Au Niger, cette action suscite plutôt l’espoir d’un véritable changement d’approche dans notre lutte contre le terrorisme et une gestion patriotique et souveraine de notre Etat. Aussi, je m’engage solennellement à donner corps à votre espoir et à ne jamais trahir les aspirations du peuple nigérien, notamment celles d’une vie meilleure dans un espace nigérien et sous régional sécurisé. S’agissant enfin de la mise en place de notre nouveau Gouvernement et de la poursuite de la Transition, soyez rassurés: Inch’Allah, avec votre ferme soutien, vous le peuple souverain du Niger, rien n’ébranlera notre marche résolu au service du Niger. Je vous demande donc de faire entièrement confiance au CNSP sur ce point. Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes, A la vérité, ce ne sont pas les Nigériens qui s’opposent à la prise de pouvoir par le CNSP. Nos compatriotes, dans leur écrasante majorité, ont plutôt accordé leur soutien au CNSP. En effet, depuis le 26 juillet 2023, Ils se sont, souvent de façon spontanée, mobilisés par milliers en faveur du CNSP et de nos vaillantes FDS. Les oppositions viennent plutôt de quelques individus qui pensent avoir un droit particulier sur l’Etat nigérien et qui sont en lien avec certains lobbies et des puissances étrangères. Mais elles viennent surtout de certains de nos partenaires dans la lutte contre le terrorisme et de certains Chefs d’Etats de notre sous-région qui sont en train d’instrumentaliser nos institutions communautaires à des fins égoïstes et lobbyistes.

Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes.

S’agissant de certaines puissances étrangères partenaires, comme l’écrasante majorité du peuple nigérien, nous avons été surpris par leur empressement à condamner la prise de pouvoir par le CNSP, à dérouler des sanctions contre le Niger et son peuple et à mettre fin, de fait, à leur coopération sécuritaire. Cette attitude hostile et radicale n’apporte aucune plus-value ni dans la résolution de la nouvelle situation née de la prise du pouvoir par le CNSP, ni dans notre lutte, jusqu’ici commune, contre le terrorisme. Elle crée la méfiance entre partenaires et anéantit tous les efforts jusqu’ici fournis par la communauté internationale dans la lutte contre l’insécurité au Sahel. Mais surtout, elle amène les Nigériens à se poser un certain nombre de questions: En effet, comment pouvez-vous prétendre aider le Niger à lutter contre le terrorisme qui touche nos laborieuses populations et suspendre la coopération militaire à la moindre difficulté, au moindre désaccord ? Comment expliquer qu’un partenaire sur des questions aussi sensibles décide de suspendre sa coopération militaire à un moment crucial de la lutte contre le terrorisme au Niger et dans notre espace sahélien ? Le souci d’un Gouvernement civil élu peut-il être au-dessus de la préservation de la vie des Nigériens et de leur vivre ensemble ou encore au-dessus du Niger et de ses intérêts vitaux et existentiels ? Chacune et chacun se fera son intime conviction et s’assumera conséquemment.

Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes. Mais ce qui a surtout surpris les Nigériens, c’est le communiqué du Gouvernement d’un pays partenaire qui, en somme, menace le Niger de recourir à la force pour protéger ses citoyens, sa représentation diplomatique et ses intérêts au Niger; alors même qu’ils n’ont jamais été l’objet de la moindre menace. Comment une question de maintien de l’ordre suite à des manifestations pacifiques de rue peut susciter chez des autorités politiques, au plus haut niveau, une réaction aussi excessive? A ce niveau, l’on peut à juste titre se demander s’il est juste et humain qu’un Gouvernement ordonne l’usage de la force militaire contre les populations nigériennes pour protéger ses ressortissants? Pour notre part, nous estimons que la vie humaine est sacrée ; la vie des Nigériens aussi bien que celle de tous nos frères et amis résidents au Niger. Ils n’ont donc aucune raison objective de quitter le Niger. Le Gouvernement et le peuple nigérien, fortement attachés à nos valeurs de justice et de d’hospitalité, sont prêts à continuer à assumer leur sécurité ; Sauf si cela s’inscrit dans une approche politicienne inavouée qui consiste à créer la psychose sécuritaire dans les esprits. Aussi, nous appelons tous les Nigériens à manifester leur position, sans violence et dans le respect de la vie humaine; cela conformément à la loi et à nos valeurs traditionnelles d’hospitalité et d’accueil. Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes, S’agissant de la CEDEAO et de I’UEMOA, c’est avec stupéfaction que les Nigériens ont appris les sanctions illégales, injustes et inhumaines prononcées à leur encontre. Mais elles sont surtout inédites: pour la première fois dans l’histoire d’une organisation communautaire, sans consultation aucune et sans passer par le dialogue ou des mesures intermédiaires, les pays membres de la CEDEAO et de l’UEMOA ont décidé immédiatement de prononcer des sanctions aussi sévères contre un autre pays membre, le Niger; allant jusqu’à confisquer les avoirs du Niger ou encore menacer le pays de recourir à la force pour rétablir le régime déchu. Ces sanctions sont cyniques et iniques. Elles sont prises dans le prolongement et en coordination avec les sanctions déjà prononcées par certaines puissances étrangères qui ont fortement influencé leur survenance. Elles visent à humilier les Forces de Défense et de Sécurité nigériennes, le Niger et son peuple. En effet, dans leur entendement, d’abord, les sanctions économiques et financières devraient créer les conditions pour paupériser davantage nos populations, révolter les travailleurs et impacter négativement la vie des Nigériens dans leur quotidien. En somme pour rendre la situation intenable ingouvernable. et le pays Ensuite, une intervention militaire viendra, dans les semaines à venir, donner le coup de grâce au régime du CNSP. Comme vous pouvez le constater, nulle part dans cette attitude méprisante et belliqueuse, les dirigeants de la CEDEAO et de l’UEMOA n’ont pris en compte la souveraineté de notre pays, les souffrances des Nigériens qui ont déjà consenti d’énormes sacrifices à ce jour, les intérêts de nos populations et ceux du Niger. Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes, Le CNSP rejette en bloc ces sanctions et refuse de céder à toute menace et d’où qu’elle vienne. Nous refusons toute ingérence dans les affaires intérieures du Niger et rejetons la prétention, chez les uns et les autres, de punir pour l’exemple le CNSP et le peuple nigérien. Nous en appelons donc au peuple nigérien dans son ensemble et son unité pour faire échec à tous ceux qui veulent infliger d’indicibles souffrances à nos laborieuses populations et déstabiliser notre pays.

Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes

C’est donc le moment, par devoir de vérité, de vous dire que les semaines et les mois à venir seront certainement difficiles pour notre pays. Ceux qui s’opposent à nous sont sans limite lorsqu’il s’agit de défendre leurs intérêts égoïstes. Ils ne s’arrêteront que face à la ferme détermination du peuple nigérien à défendre ses intérêts et sa souveraineté. Ils ne s’arrêteront que face à un peuple uni et solidaire mené par des dirigeants patriotes. Ils ne s’arrêteront que face à notre résilience et notre engagement à défendre notre dignité, notre liberté et notre pays. Alors, s’ils devraient aller jusqu’au bout de leur logique destructrice, puisse Allah veiller sur le Niger et faire en sorte que c’est le dernier grand combat que nous allons mener ensemble pour une véritable indépendance de notre pays.

Nigériennes, Nigériens, Mes chers compatriotes

Pour terminer mon propos, j’aimerais témoigner aux Républiques sœurs du Burkina Faso, de la Guinée et du Mali notre profonde gratitude pour leur solidarité fraternelle agissante. J’aimerais également remercier tous les autres Etats amis et partenaires sincères ainsi que tous les autres amis du Niger qui nous ont jusqu’ici témoigné leur solidarité agissante et leur ferme soutien, en cette étape difficile de l’histoire de notre pays. Les Nigériens n’oublieront jamais leur soutien historique et ne baisseront jamais la tête face à ceux qui veulent détruire notre pays, comme ils l’ont déjà fait en Libye et dans d’autres pays africains encore.

Vive le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie !

Vive les Forces de Défense et de Sécurité du Niger !

Vive le peuple fier et souverain du Niger !

Vive le Niger!

Je vous remercie !》.

 

 

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...