Home / A la une / Aide humanitaire bloquée à Cotonou: Cette aide suspecte dont la transition ne veut plus le passage par Cotonou !

Aide humanitaire bloquée à Cotonou: Cette aide suspecte dont la transition ne veut plus le passage par Cotonou !

Image d’illustration

L’aide humanitaire destinée au Niger et qui doit transiter par Cotonou revient au centre des discussions. Elle est devenue un sujet de préoccupation chez le voisin nigérien de l’Est, le Tchad. Lors de son entretien avec le responsable du Programme alimentaire mondial (PAM), à Niamey, le mardi 17 octobre 2023, l’ambassadeur tchadien au Niger a exprimé ses préoccupations devant le représentant de l’institution onusienne quant à l’acheminement de cette aide bloquée depuis des mois à Cotonou au Bénin depuis la fermeture des frontières par les deux pays et surtout le renforcement de la sécurité par les autorités militaires nigériennes. Selon le diplomate tchadien, les questions liées à l’insécurité, au mauvais état des routes et à la fermeture des frontières ainsi que du port de Cotonou par la CEDEAO ont également été abordées. Celles-ci compliquent, selon le représentant du PAM, la capacité actuelle du PAM à acheminer les vivres importées aux déplacés et aux enfants dans le besoin. Cette aide humanitaire au centre du tête-à-tête des deux personnalités était celle-là même que la junte prouve du dédain pour son transit par le Bénin, du moins ne veut plus le passage ou le transit par Cotonou par mesure de sécurité ou précaution. Lorsque le Niger a refusé la toute première offre relative à l’arrivée de cette aide via le Bénin, pays voisin par lequel le Niger fait transiter ses marchandises, les autorités nigériennes de transition n’ont pas du tout confiance quant à ce transit à cause des relations quelque peu distantes entre les deux pays. Depuis le coup d’État du 26 juillet 2023 qui a renversé le président Bazoum Mohamed, le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), les autorités du Niger et celles du Bénin ne sont plus en odeur de sainteté dans leurs relations. Du côté du Niger, des mesures sécuritaires marquées par la fermeture des frontières et le déploiement en permanence des éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS), mises en état d’alerte, ont été enclenchées pour parer à toute éventualité, en érigeant jusqu’ici des barrages à l’entrée du Niger. Une acceptation d’ouvrir un couloir humanitaire du côté du Bénin depuis le 5 septembre 2023 en vue de faciliter l’acheminement de l’aide destinée au peuple frère et ami du Niger, sur demande de l’espace communautaire et sollicitée par les Nations unies, a rencontré un niet catégorique de la part de des autorités de transition au pouvoir au Niger dont le sentiment de méfiance vis-à-vis de son voisin s’est accru depuis le soupçon contre le pays de Talon d’avoir accueilli un navire français contenant du matériel et personnel militaire en vue de l’attaque contre le Niger ainsi que des soupçons d’hébergement d’une base militaire dans la métropole à Kandi, une ville béninoise proche du Niger. Les sentiments de méfiance se sont exacerbés du côté du Niger où les autorités militaires ont même remis en cause la coopération militaire pour lutter contre le terrorisme entre le Bénin et le Niger. Devant l’échec de la «main tendue humanitaire» béninoise, le Tchad semble être en sympathie envers les enfants nigériens bénéficiaires de cette aide. Le pouvoir militaire de Niamey va-t-il accepter une éventuelle offre des bons offices sur ce sujet, au cas où le voisin de l’Est déciderait de mettre la main dans la pâte ? Les prochains jours nous édifieront.

Mamane Abdou

Ceci pourrait vous interesser

Déclaration constitutive du Cadre d’Actions des Professionnels des Médias du Niger (CAP- Médias- Niger)

Déclaration constitutive du Cadre d’Actions des Professionnels des Médias du Niger (CAP- Médias- Niger)   ...