Home / A la une / À Nairobi, Antonio Pedro de la CEA appelle à investir dans les énergies renouvelables pour stimuler l’industrialisation et le commerce de l’Afrique

À Nairobi, Antonio Pedro de la CEA appelle à investir dans les énergies renouvelables pour stimuler l’industrialisation et le commerce de l’Afrique

Nairobi, Kenya, le 14 juillet 2023 (CEA) – L’Afrique devrait exploiter les investissements et les vastes ressources d’énergie verte pour stimuler l’industrialisation et le commerce durables à travers le continent, a déclaré le Secrétaire exécutif par intérim de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Antonio Pedro.

S’adressant à la 43ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union africaine à Nairobi, au Kenya, M. Pedro a noté que le continent africain disposait de ressources importantes pour alimenter une industrialisation verte et durable et faire fonctionner la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), mais ces investissements doivent être priorisés.

  1. Pedro a souligné que des infrastructures habilitantes, de solides capacités de production, l’expansion des exportations et du commerce intra-africain par le biais de la ZLECAf doivent s’accompagner de politiques d’industrialisation et de commerce efficaces pour stimuler les investissements du secteur privé.

Les Banques multilatérales africaines de développement devraient diriger les investissements pour en faire une réalité, a exhorté M. Pedro, soulignant que ces investissements pourraient également être complétés par l’argent des structures spécifiques, des fonds de pension et de la diaspora.

Exploiter tout le potentiel du Fleuve Congo et construire les projets Inga III et IV, par exemple, peut générer 70 000 MW, suffisants pour bénéficier à environ 15 pays africains.

« Si ces projets se réalisent, cela pourrait changer la donne pour le développement des infrastructures et cela serait la plus grande source unique d’énergie renouvelable inexploitée au monde, avec environ le double de la capacité du barrage des Trois Gorges en Chine », a-t-il déclaré, ajoutant que ce développement permettrait également l’interconnectivité entre les pays africains et propulserait le programme d’industrialisation du continent.

  1. Pedro a souligné que l’Afrique – riche en minéraux de batterie – peut être un leader mondial dans l’électrification des systèmes de transport et le déploiement de l’énergie solaire et éolienne, qui sont des transitions essentielles pour atteindre les objectifs mondiaux de zéro net. En outre, l’une des principales priorités de l’Afrique était de veiller à ce que ses ressources minérales contribuent à la croissance endogène.

Alors que le monde passe du charbon et du pétrole à l’énergie propre, la demande de minéraux tels que le cobalt, le manganèse et les minéraux du groupe du platine augmentera jusqu’à cinq fois. L’Afrique est un fournisseur clé de ces minéraux énergétiques verts, représentant plus de la moitié de l’approvisionnement mondial.

Le développement de la Zone économique spéciale transfrontalière RDC-Zambie pour la chaîne de valeur des batteries et des véhicules électriques pourrait changer la donne et augmenter la participation de l’Afrique à un marché mondial qui pourrait valoir 7 700 milliards de dollars d’ici 2025 et 46 000 milliards de dollars d’ici 2050, a noté M. Pedro.

« Avec l’augmentation de la demande d’énergie propre, il est temps que le marché africain des énergies renouvelables s’impose comme un acteur mondial et attire davantage d’investissements mondiaux », a déclaré M. Pedro, citant l’analyse de la CEA qui montre qu’une part de 10 % du marché des batteries et des véhicules électriques pourrait facilement ajouter 200 milliards de dollars à l’économie africaine.

Avec environ 60 % de l’énergie solaire mondiale, l’Afrique devrait également exploiter son potentiel d’énergie solaire et éolienne qui pourrait propulser des pays comme le Tchad et le Niger en tant qu’acteurs majeurs dans le secteur de l’élevage, en particulier dans les chaînes de valeur de la viande et du cuir.

En outre, le marché des crédits carbone de l’Afrique est une opportunité de générer plus de 50 milliards de dollars par an de revenus pour les besoins de financement climatique du continent, a déclaré M. Pedro, soulignant que le marché des crédits carbone créera de nouvelles opportunités d’emploi et contribuera à la durabilité environnementale, sociale et économique tout en garantissant l’accès à une énergie et à une eau propres.

-Fin-

À propos de la CEA

 

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

Publié par :
La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : eca-info@un.org

Ceci pourrait vous interesser

Célébration de l’Aïd El Fitr : Le Président Abdourahamane Tiani a prié à la grande mosquée de Niamey

La communauté musulmane du Niger  a célébré ce mardi 9 avril 2024 la fête de ...