Home / A la une / 1ère journée des réflexions sur la santé néonatale au Niger : le Ministère de la Santé, l’Unicef et l’ASNIPED s’unissent pour crever et soigner l’abcès

1ère journée des réflexions sur la santé néonatale au Niger : le Ministère de la Santé, l’Unicef et l’ASNIPED s’unissent pour crever et soigner l’abcès

Une vue de la table de séance à l’ouverture de l’atelier

La Direction de la Santé de la Mère et de l’Enfant, à travers la Division de la Santé Néonatale et Infantile en collaboration avec l’Association Nigérienne de Pédiatrie (ASNIPED) et l’UNICEF organise la 1ère journée de réflexions sur la santé néonatale au Niger du 18 au 19 mai 2023 à Niamey.

 

Placé sous le thème « Mortalité néonatale au Niger : Etat des lieux et Perspectives », l’atelier regroupe les cadres centraux du ministère de la Santé publique de la population et des affaires sociales, les représentants des organisations nationales et internationales œuvrant dans le domaine de la santé de manière générale et de la santé néonatale en particulier, les agences du Système des Nations Unies, les instituts de recherche et les cliniciens travaillant dans la santé maternelle et néonatale.

 

Instituée depuis le 15 novembre 2010 par les Nations Unies, la journée de réflexions sur la santé néonatale est célébrée chaque année pour faire un état des lieux de la santé des nouveau-nés dans le monde.

En ouvrant les assises, le Secrétaire Général du Ministère de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales Dr Ibrahim Souley a évoqué le contexte dans lequel se tient cette rencontre sur le plan national et international.

« 2,4 millions d’enfants dans le monde ne célèbrent pas leur 1er mois de naissance. La situation s’est détériorée avec l’avènement de la Covid-19. Au Niger ce taux est de 44 pour 1000 naissances en 2021 contre 24 pour 1000 en 2012, soit le taux le plus élevé depuis 1998. », a-t-il précisé.

Le Secrétaire Général du Ministère de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales d’évoquer les principales raisons qui expliquent cette descente aux enfers. Il a entre autres : l’insuffisance et la qualité des infrastructures, le manque de personnel…

Auparavant, le chef programme santé de l’Unicef s’est appesanti sur l’objectif de cette 1ère journée sur la santé néonatale, qui est de mener des réflexions multisectorielles sur la mortalité néonatale afin de réduire la mortalité néonatale et la mortinaissance au Niger.

Il a souligné que cette rencontre va permettre de crever l’abcès et le soigner vu le nombre et surtout la qualité des participants.

Il est attendu de ces assises de deux (2) jours, l’identification des priorités en matière de santé néonatale et de donner des orientations officielles avec un plan de résolution des problèmes.

 

Au Niger, en 2021, on estime que pour 1.000 naissances vivantes, 44 enfants décédaient avant d’atteindre un mois et73 avant leur premier anniversaire et 123 avant l’âge de 5 ans.

 

Ibrahim Moussa

Ceci pourrait vous interesser

Célébration de l’Aïd El Fitr : Le Président Abdourahamane Tiani a prié à la grande mosquée de Niamey

La communauté musulmane du Niger  a célébré ce mardi 9 avril 2024 la fête de ...