Home / A la une / MESSAGE DU MINISTRE DES TRANSPORTS ET DE L’ÉQUIPEMENT LE COLONEL MAJOR SALISSOU MAHAMAN SALISSOU

MESSAGE DU MINISTRE DES TRANSPORTS ET DE L’ÉQUIPEMENT LE COLONEL MAJOR SALISSOU MAHAMAN SALISSOU

Salisou Mahaman Salissou, Ministre des transports

Le Niger, à l’instar des autres pays africains célèbre demain, dimanche 19 Novembre 2023, la douzième (12ème) édition de la Journée Africaine de Sécurité Routière conformément à la décision du Conseil Exécutif de l’Union Africaine qui fait du 3ème dimanche du mois de novembre, la Journée Africaine de Sécurité Routière couplée avec la Journée Mondiale du Souvenir des Victimes des Accidents de la Route.
A cette occasion le Ministre des Transports et de l’Équipement le Colonel Major Salissou MAHAMAN SALISSOU a livré un message.
Message dans lequel il souligne que cette initiative des Chefs d’États et de Gouvernement africains s’inscrit dans le cadre de la Décennie d’Actions pour la Sécurité Routière proclamée par les Nations unies, à travers les résolutions adoptées en mars 2010 et officiellement lancées le 11 mai 2011 dans tous les pays membres et renouvelée en 2020 pour la même période.
Il s’agit d’une réponse de l’Union Africaine aux préoccupations croissantes des Gouvernements et des acteurs de la santé publique vis-à-vis des traumatismes dus aux accidents de la circulation.
Le Colonel Major Salissou MAHAMAN SALISSOU a tout d’abord présenter, au nom du Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie, Chef de l’Etat, Son Excellence le Général de Brigade ABDOURAHAMANE TIANI et au nom de Son Excellence Monsieur LAMINE ZEINE ALI MAHAMAN, Premier Ministre, ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées, sa profonde compassion aux accidentés de la route et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés.
Cette année, Niamey va accueillir les activités commémoratives de la 12ème édition de la Journée Africaine de la Sécurité Routière les 25 et 26 novembre 2023.
Selon le dernier rapport de l’OMS publié en 2018, les accidents de la route ont fait environ 1.350.000 tués, 50.000.000 de blessés et une perte économique estimée à 518 milliards $ US, équivalent à 291.116 milliards de FCFA.
Toujours selon le même rapport, le taux moyen de décès dus aux accidents de la circulation routière à l’échelle mondiale est de 18,2 pour 100 000 habitants. Ainsi, on enregistre un mort toutes les 24 secondes sur les routes dans le monde.
L’Afrique est en tête en termes de victimes d’accidents de la circulation routière avec 26,6 décès pour 100.000 habitants et le Niger occupe le 20ème rang en Afrique sur 49 pays classés avec 26,2 tués pour 100 000 habitants.
Au Niger, le bilan d’insécurité routière en 2022 est de 8561 accidents corporels. Ces accidents ont occasionné 1220 morts, 4321 blessés graves et 7558 blessés légers. Il faut compéter ce triste bilan par le nombre des personnes handicapées à vie et des dégâts matériels considérables.
Malheureusement, les accidents de la route progressent chaque année au Niger. Ainsi, entre 2019 et 2022 il a été enregistré une augmentation de 10% du nombre des accidents. Les principales victimes sont des jeunes de 20 à 39 ans qui représentent plus de 67% des accidentés.
Le thème retenu cette année, «le respect de la réglementation routière est un acte patriotique», est d’actualité. Les accidents de la route ne sont pas une fatalité. Ils peuvent bien être évités si nous respectons les règles de sécurité routière.
Nous devons changer de comportement et intégrer désormais tous ensemble, les réflexes de la sécurité routière afin qu’ils deviennent pour chaque usager de la route, une seconde nature.
En effet, les causes humaines représentent plus de 80% des causes d’accidents de la circulation qui ont pour noms le non-respect du code de la route notamment l’excès de vitesse, la fatigue, la somnolence, la surcharge, l’usage du téléphone au volant, le non port de la ceinture et du casque de sécurité qui sont à l’origine de la gravité des accidents.
Fort de ces constats, dès sa prise de service, il a instruit la mise en place d’un comité multisectoriel composé des agents des administrations publiques concernées, des représentants de la société civile et des syndicats du secteur des transports, pour faire un diagnostic sur les accidents de la circulation et proposer des solutions à court, moyen et long termes ainsi que des mesures d’accompagnement pour le renouvellement du parc automobile du Niger qui auront pour conséquence la réduction significative des accidents.
Au niveau international, le plan d’action pour la décennie 2021-2030 consiste à réduire de 50 % le nombre d’accidents. Pour y parvenir, le Gouvernement va s’appuyer sur :
– le nouveau cadre institutionnel de sécurité routière ayant pour chef de file l’Agence Nigérienne de Sécurité Routière (ANISER) ;
– la Stratégie Nationale de la Sécurité Routière pour la période 2014-2025 ;
– l’amélioration de l’efficacité du contrôle technique automobile actuel ;
– la modernisation du système de formation et d’évaluation des candidats au permis de conduire ; l’institutionnalisation de l’audit de sécurité des infrastructures routières ;
– l’application de la règlementation sur la sécurité routière, notamment le port de casque et le port de la ceinture de sécurité;
– le renforcement de la répression des infractions au code de la route;
– la préservation du patrimoine routier national à travers l’application sans complaisance des dispositions de la loi n° 2018-32 du 24 mai 2018, déterminant le patrimoine routier national et fixant les règles de sa protection et les dispositions du Règlement n° 14 de l’Union Économique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA);
– la poursuite des sensibilisations pour un changement de comportement positif sur nos routes pour être en phase avec le thème de cette édition.
Nous rappelons que la vie humaine est le bien le plus cher, préservons la en respectant les règles de sécurité routière et en évitant d’endeuiller nos familles.

Ceci pourrait vous interesser

Retrait des forces américaines du Niger : Vers la fin de l’influence occidentale au sahel

Le 16 mars dernier, le gouvernement de la République du Niger dénonçait les accords militaires ...