Home / A la une / Massacre de Moura : l’ONU accable les FAMA et les mercenaires du groupe Wagner

Massacre de Moura : l’ONU accable les FAMA et les mercenaires du groupe Wagner

Dans le rapport qu’il vient de publier, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme accable les Forces Armées Maliennes (FAMA) dans ce qui est convenu d’appeler désormais le massacre de Moura, ce village situé dans le cercle de Djenné, région de Mopti, annonce l’exécution d’au moins 500 personnes par les FAMA et les personnels militaires étrangers.

Les faits rétablis par la division des droits de l’homme de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ont fait ressortir sur la période de sept (7) mois prise par l’enquête, soit du 1er avril au 30 octobre 2022 et qui a conduit l’équipe dans les localités de Bamako, Douentza, Mopti , Ségou et Sikasso ont abouti aux résultats suivants : l’opération militaire aéroportée et aéroterrestre conduite par les FAMA et les personnels militaires étrangers, à Moura le jour de la foire hebdomadaire, a été menée en violation des règles du droit international humanitaire, notamment celles relatives à la conduite des hostilités et au traitement des personnes capturées et/ou mises hors de combat, ainsi que normes et standards du droit international des droits de l’homme.

Le rapport fait état d’au moins  500 personnes exécutées entre le 27 et le 31 mars 2022 à Moura.

Pour aboutir à cette conclusion, l’équipe des enquêteurs constituée de 12 chargés des droits de l’homme et de quatre (4) experts de la police des Nations Unies (UNPLO), a mené 157 entretiens individuels et 11 entretiens de groupe au cours desquels 140 personnes, ont été interviewées. La mission s’est également entretenue avec de personnes déplacées internes qui ont quitté à la suite de l’opération militaire pour trouver refuge ailleurs ainsi que des personnes arrêtées au cours de l’opération qui ont été libérée par la suite.

Le rapport de souligner qu’il s’agit d’une vingtaine de civils tués le 27 mars par des tirs aériens effectués par les Forces Armées Maliennes  et les personnels militaires étrangers  pour empêcher la population de s’enfuir et de quitter Moura et d’au moins 500 individus, y compris une vingtaine de femmes et sept enfants, exécutés par les Forces Armées Maliennes et les personnels militaires étrangers entre le 27 et le 31 mars après que la zone a été totalement « maitrisée ».

Pour rappel, au moment des faits, les FAMA avaient indiqué que l’opération lancée sur le village de Moura a pour objectif de neutraliser les éléments de la katiba Macina affiliée au Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) qui contrôlent la zone et ont infiltré la population depuis plusieurs années.

Ce rapport vient d’être publié au moment où un autre massacre à savoir celui de Karma au Burkina Faso défraie la chronique et que là aussi, c’est l’armée burkinabé qui est pointée du doigt par plusieurs organisations de la société civile et des populations dans cette province Ouahigouya.

Ibrahim Moussa  

Ceci pourrait vous interesser

Célébration de l’Aïd El Fitr : Le Président Abdourahamane Tiani a prié à la grande mosquée de Niamey

La communauté musulmane du Niger  a célébré ce mardi 9 avril 2024 la fête de ...