Home / A la une / L’étude de marché peut changer la donne pour les jeunes entrepreneurs qui négocient dans le cadre de la ZLECAf

L’étude de marché peut changer la donne pour les jeunes entrepreneurs qui négocient dans le cadre de la ZLECAf

Addis-Abeba, le 16 août 2023 (CEA) – Considérée comme la plus grande zone commerciale unique au monde par sa taille, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) pourrait transformer le sort du soi-disant dividende démographique : La jeunesse. Les jeunes âgés de 18 à 35 ans représentent plus de 70 % de la population en Afrique. Ils constituent un atout attractif pour accélérer la croissance économique et l’industrialisation de l’Afrique.

La Banque africaine de développement prévoit qu’il y aura 850 millions de jeunes d’ici 2050 et que d’ici 2063, les jeunes constitueront la moitié des 2 milliards de personnes en âge de travailler. Cette classe d’actifs peut générer des dividendes démographiques si les bonnes politiques sont mises en place pour promouvoir des investissements adéquats dans la jeunesse, selon la BAD.

La ZLECAf, qui rassemble 55 pays, avec une population de 1,3 milliard d’habitants et génère un PIB combiné d’environ 3 400 milliards de dollars, stimulera le commerce intra-africain en éliminant les barrières commerciales par le biais de protocoles sur le commerce des biens et services, l’investissement, les droits de propriété intellectuelle et la politique de concurrence.

Lancée il y a deux ans, la ZLECAf présente une nouvelle opportunité pour la jeunesse africaine à travers la promotion et l’expansion du commerce.

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) s’est entretenue avec Julie Kubia, Directrice du marketing et des études de marché chez Africa Field Agents (AFA), une société de marketing et d’études de marché basée à Nairobi, au Kenya pour comprendre les opportunités et les obstacles que rencontrent les jeunes dans la mise en œuvre de la ZLECAf.

Selon vous, quelles sont les opportunités commerciales offertes par la ZLECAf pour les jeunes ?

La ZLECAf recèle un immense potentiel pour les jeunes en créant de nombreuses opportunités commerciales. Vous pouvez imaginer ce que cela signifie lorsque les Africains peuvent enfin accéder à un marché unique pour vendre ou accéder à des biens et services sur l’ensemble du territoire africain. La suppression des barrières signifie beaucoup pour les jeunes qui sont souvent à la recherche de nouveaux marchés et de nouveaux clients. Ils ont l’esprit d’entreprise, ils sont ouverts d’esprit et voient le risque différemment. L’accord est motivé par un esprit d’entreprise, permettant aux jeunes Africains de commercer librement à travers les frontières et d’accéder à de nouveaux marchés.

Nous échangeons beaucoup avec l’Europe, la Chine et d’autres, mais augmenter ce potentiel pour un jeune agriculteur ou entrepreneur kenyan de trouver un marché pour le thé kenyan de renommée mondiale au Nigéria ou au Maroc, et accéder au thé à la menthe marocain pour la consommation locale ici au Kenya est une énorme opportunité.

Mais il s’agit également d’augmenter les opportunités d’emplois dans le secteur manufacturier et d’exploiter de nouvelles chaînes de valeur dans l’agriculture ou les technologies, car la ZLECAf encourage également l’investissement et l’industrialisation. De nouvelles compétences vont émerger et de nouvelles opportunités également.

L’un des aspects les plus excitants de l’Accord concerne l’accent mis sur l’économie numérique qui permet aux jeunes entrepreneurs de tirer parti de la technologie pour amplifier leurs activités et participer au commerce électronique à plus grande échelle. Alors que la demande de biens et de services augmente à travers le continent, les jeunes peuvent profiter de cet Accord commercial sans précédent pour exploiter leurs capacités et devenir des acteurs clés du potentiel inexploité et de la renaissance économique de l’Afrique.

Alors que son objectif principal est de favoriser le commerce intra-africain et de stimuler la croissance économique, interrogez n’importe quel jeune sur le continent et il vous parlera de son rêve de voyager dans d’autres pays. Nous pensons souvent aux voyages en termes « d’outre-mer ». Mais le protocole de la ZLECAf sur la libre circulation des personnes change la donne. Si les jeunes peuvent commercer et trouver des emplois sur le continent, ils contribueront à la prospérité des Africains.

Selon vous, le Protocole sur les femmes et les jeunes est-il nécessaire à la promotion des jeunes dans le commerce ?

Nous vivons sur un continent très jeune – les experts nous disent que 50 % de la population africaine est composée de jeunes. De plus, les femmes représentent 50 % de la même population. Il va sans dire qu’ils sont les principaux moteurs du commerce. Le paysage des commerçants, les débrouillards, comme on les appelle dans mon propre pays, le Kenya, sont essentiellement des jeunes – des femmes. Le Protocole est essentiel pour la promotion des femmes et des jeunes, car ils sont majoritaires à la tête de petites entreprises – PME et start-up. En veillant à ce que les femmes et les jeunes participent activement au commerce sur ce continent, nous ouvrons la voie à une croissance économique inclusive. Il n’y a pas d’autre choix que de se concentrer sur les femmes et les jeunes – ils sont le présent et l’avenir.

Comment la ZLECAf facilite-t-elle le rôle des jeunes dans le commerce en Afrique ?

L’Afrique est avant tout un continent de jeunes. La ZLECAf est sur le point de révolutionner le rôle des jeunes dans le commerce en Afrique.

Les jeunes ne craignent pas de briser les barrières et de créer des liens avec les autres. L’engagement des jeunes dans le commerce non seulement ouvre la voie à un développement économique durable, mais assure également un avenir prometteur pour l’Afrique et sa jeune population. Les jeunes possèdent des compétences uniques, des idées novatrices, de l’énergie et le désir de contribuer à leurs communautés. Ils peuvent jouer un rôle central dans la revitalisation du paysage commercial africain, la création d’emplois et la promotion de l’intégration économique.

Selon vous, quels types de défis les jeunes rencontrent-ils dans l’espace commercial en Afrique et que faut-il faire pour éliminer ces défis ?

L’entrepreneuriat est une entreprise difficile. C’est difficile pour n’importe qui, quel que soit son âge. Les jeunes font face à une myriade de défis qui entravent leur participation active et leur réussite. L’un des principaux défis auxquels sont confrontés les jeunes entrepreneurs en Afrique est l’accès limité au capital et au financement. De nombreux jeunes entrepreneurs ont du mal à obtenir le soutien financier nécessaire pour lancer et pérenniser leur entreprise. Les institutions financières traditionnelles exigent souvent des garanties ou de longs antécédents de crédit, ce qui constitue un obstacle pour de nombreux jeunes entrepreneurs en herbe qui n’ont peut-être pas accès à ces fonds.

Nous avons besoin d’un meilleur accès au financement national. Nous avons également besoin de systèmes bancaires adaptés à cette génération, qui doivent radicalement changer leur compréhension du risque. Nous ne prospérerons pas en tant que continent si nous continuons à utiliser les anciens modèles d’évaluation des risques.

Dans quelle mesure diriez-vous que les jeunes entrepreneurs ont besoin de comprendre la valeur des études de marché, par exemple ?

Dans le paysage concurrentiel de l’entrepreneuriat, le besoin d’études de marché ne peut être surestimé, en particulier pour les jeunes entrepreneurs qui cherchent à se tailler une place. Les études de marché jouent un rôle central dans l’autonomisation des jeunes entrepreneurs en fournissant des informations cruciales sur les préférences des consommateurs, les tendances du marché et la dynamique de l’industrie.

L’étude de marché valide les idées des entrepreneurs et affine leurs stratégies afin de s’aligner sur les besoins de leur marché cible. Cela peut sembler être une idée abstraite, mais j’ai vu de nombreuses entreprises échouer en raison d’un manque d’attention à la recherche. Par exemple, introduire et vendre une nouvelle marque de produit sur le marché, par exemple un purificateur d’eau à coût élevé pour un usage domestique au Kenya, en utilisant les chiffres de vente des marchés américain, britannique et australien. Le Kenya étant un pays en développement avec des priorités différentes en termes de nécessités de base et de dépenses de portefeuille, ce serait une grossière erreur de supposer que les clients adhèreraient de la même façon. Les clients potentiels des pays développés seraient plus disposés à acheter ces produits à des prix plus élevés si leurs besoins étaient satisfaits par rapport au marché kenyan.

-FIN-

À propos de la CEA

 

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : eca-info@un.org

Suivez nous sur les réseaux sociaux :

Ceci pourrait vous interesser

Célébration de l’Aïd El Fitr : Le Président Abdourahamane Tiani a prié à la grande mosquée de Niamey

La communauté musulmane du Niger  a célébré ce mardi 9 avril 2024 la fête de ...