Home / A la une / Les gouvernements africains doivent agir d’urgence pour briser le cercle vicieux de la pauvreté et de la faim

Les gouvernements africains doivent agir d’urgence pour briser le cercle vicieux de la pauvreté et de la faim

ADDIS ABABA, Ethiopia, 7 novembre 2023 /PRNewswire/ — Les défenseurs des droits et du bien-être des enfants ont exhorté aujourd’hui les gouvernements africains à prendre des mesures immédiates pour mettre fin à la pauvreté et à la faim des enfants sur le continent. Cet appel intervient alors que de nouvelles recherches révèlent que l’Afrique abrite près de 60% des enfants pauvres du monde.

Dr Joan Nyanyuki, Executive Director, African Child Policy Forum / ©ACPF

Deux nouveaux rapports de l’African Child Policy Forum (ACPF) montrent que les enfants africains sont les plus pauvres du monde, et qu’ils le sont de plus en plus. Dans le même temps, 55 millions d’enfants africains de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance dû à la malnutrition. Dans la Corne de l’Afrique, près de deux millions d’enfants risquent de mourir de faim, et dans le Sahel, sept millions souffrent d’une grave famine.

« Il semble qu’il n’y ait pas de fin en vue à la crise de la pauvreté et de la faim des enfants en Afrique », a déclaré le Dr Joan Nyanyuki, directeur exécutif de l’ACPF. « Sur tout le continent, des millions d’enfants sont confrontés à la faim, à la famine lente et même à la mort. Les gouvernements africains doivent prendre leurs responsabilités au sérieux et accroître leurs investissements dans l’éradication de la pauvreté et de la faim.

« La faim des enfants est fondamentalement un problème politique, et je refuse d’accepter qu’il soit inévitable ou insoluble. À maintes reprises, nous avons fait remarquer aux gouvernements que la pauvreté et la faim ne constituent pas seulement une crise humanitaire, mais qu’elles freinent considérablement le développement social et économique. Il est dans l’intérêt même des gouvernements d’y mettre un terme ».

Afin d’inciter les gouvernements africains à agir, l’ACPF a publié deux nouveaux rapports: African Report on Child Wellbeing 2023 Justice not Charity: African Governments Must End Child Poverty et No End in Sight: Child Hunger in Africa, ainsi qu’un nouveau documentaire percutant tourné au Mali, en Zambie, en Somalie et au Liberia. Ces rapports mettent en lumière de nouvelles tendances alarmantes en matière de pauvreté et de faim des enfants, notamment:

  • 352 millions d’enfants africains – plus de la moitié de tous les enfants du continent – vivent dans une pauvreté multidimensionnelle. Parmi eux, six sur dix connaissent des formes graves de pauvreté.
  • En outre, 110 millions d’enfants africains sont au bord de la pauvreté, risquant fortement d’y basculer en raison de la maladie d’un parent ou d’une personne qui s’occupe d’eux, de la sécheresse, d’un conflit, d’un déplacement de population ou d’une crise économique.
  • Plus de la moitié des enfants africains vivant dans l’extrême pauvreté se trouvent dans six pays : Nigeria, Éthiopie, République démocratique du Congo (RDC), Tanzanie, Ouganda et Niger.
  • Au Sud-Soudan et au Niger, presque tous les enfants sont confrontés à de graves privations dans presque tous les aspects de leur bien-être.
  • Sur les 600 millions d’enfants que compte l’Afrique, 90 % n’ont pas un régime alimentaire minimum acceptable et 60 % n’ont pas une fréquence de repas minimum.
  • Les filles, les enfants vivant dans des bidonvilles urbains ou des zones rurales reculées, les enfants vivant dans des zones de conflit, les enfants handicapés et les enfants touchés par le VIH/sida font partie des groupes les plus démunis et les plus exposés au risque de pauvreté grave.
  • La plupart des pays africains ne parviennent pas à répondre aux besoins fondamentaux des enfants et à leur fournir des services de base. Sur les 52 pays évalués, seuls 14 obtiennent des résultats supérieurs à la moyenne en matière de lutte contre les privations et la pauvreté des enfants.

« La pauvreté conduit à la faim, qui à son tour conduit à une plus grande pauvreté », a ajouté Dr Nyanyuki. « Ce cercle vicieux menace la prospérité économique et sociale future de l’Afrique. La pauvreté et la faim nuisent au développement cognitif de l’enfant, à sa santé physique et à sa croissance, à ses résultats scolaires et à ses futures possibilités d’emploi. Leurs effets durent toute la vie. Il est essentiel de s’attaquer aux causes profondes de la dénutrition infantile pour assurer la transformation sociale et économique de l’Afrique. Les performances des gouvernements africains en matière de lutte contre la pauvreté infantile sont médiocres et inacceptables ».

L’ACPF a exhorté les gouvernements africains à adopter d’urgence un plan d’action en six points:

  • reconnaître la faim et la dénutrition des enfants comme une urgence nationale
  • intégrer les droits de l’enfant dans la planification du développement national
  • investir dans un enseignement pré-primaire et primaire de qualité
  • améliorer l’accès et la qualité des services de santé maternelle et infantile
  • mettre en place des programmes universels de protection sociale adaptés aux enfants
  • renforcer la gouvernance et la responsabilité

« L’absence de lutte contre la dénutrition infantile coûte aux pays une part importante de leur produit intérieur brut annuel et entrave la reprise après une pandémie. Les enfants en bonne santé et bien nourris ont tendance à être mieux éduqués, à obtenir de meilleurs emplois et à gagner, épargner et investir davantage – autant d’éléments essentiels à la croissance économique et à la prospérité de l’Afrique », a conclu Dr Nyanyuki.

L’African Report on Child Wellbeing 2023 Justice not Charity: African Governments Must End Child Poverty sera lancé, ainsi que le rapport et le documentaire No End in Sight: Child Hunger in Africa, lors de deux événements spéciaux de trois heures qui se tiendront respectivement les 14 et 15 novembre 2023, de 1500 à 1700 EAT (1200 à 1400 UTC). Les lancements réuniront des chefs d’État africains, des hauts représentants de l’ONU et de l’UA, d’éminents experts africains et mondiaux des droits de l’enfant, des universitaires et des organisations de la société civile.

Les événements seront retransmis en direct et interactifs, et les journalistes auront la possibilité de poser des questions lors du second événement. Veuillez vous inscrire ici. Pour de plus amples informations, y compris des copies anticipées des rapports et du documentaire sous embargo, et pour organiser des interviews avec le Dr Nyanyuki, veuillez contacter les consultants en communication de l’ACPF Martin Atkin or Angie Richardson.

About ACPF

Le Forum africain pour la politique de l’enfance (ACPF) est un centre panafricain indépendant et à but non lucratif de recherche politique et de plaidoyer sur l’enfant africain. Il a été créé en 2003 en raison de la situation préoccupante de l’enfant africain et de la nécessité pour les Africains de reconnaître leur responsabilité de garantir collectivement la réalisation de tous les droits de tous les enfants. Plus d’informations ici.

Media Contacts: 
Angie Richardson angie@thepressoffice.net, +27 83 397 2512
Martin Atkin atkin@africanchildforum.org, +44 779 544 3607

Photo: https://mma.prnewswire.com/media/2269092/Dr_Joan_Nyanyuki.jpg

 

SOURCE African Child Policy Forum

Ceci pourrait vous interesser

Retrait des forces américaines du Niger : Vers la fin de l’influence occidentale au sahel

Le 16 mars dernier, le gouvernement de la République du Niger dénonçait les accords militaires ...