Home / A la une / Lancement de la CPS 2023 : Dr Illiassou Idi Mainassara appelle à une Union Sacrée pour un « Niger sans palu ».

Lancement de la CPS 2023 : Dr Illiassou Idi Mainassara appelle à une Union Sacrée pour un « Niger sans palu ».

Le Ministre de la Santé administrant la 1ère dose à un bébé au CSI Dareslam

Samedi 22 juillet 2023 marque officiellement le début de la Campagne de Chimio Prévention du Paludisme Saisonnier (CPS), une des mesures de prévention du paludisme qui consiste à administrer gratuitement des médicaments aux enfants de 3 à 59 mois pendant la saison de haute transmission, durant 3 à 5 mois successifs.

C’est le Ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, Dr Illiassou Idi Mainassara qui a lancé la campagne au Centre de Santé Intégré (CSI) Dareslam, en présence du Secrétaire Exécutif de la Fondation Noor de la 1ère dame, des autorités administratives ainsi que des représentants des agences du système des nations unies, des partenaires techniques et financiers et d’autres organisations internationales œuvrant dans le secteur de la santé.  

 

Le choix de cette période de saison des pluies pour lancer la Campagne de Chimio Prévention du Paludisme Saisonnier (CPS) n’est pas fortuit, car c’est le moment propice à l’éclosion des moustiques, a souligné le Ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales.

La maladie est aussi l’une des premières causes de morbidité et de décès dans notre pays notamment chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes.

Selon les statistiques, le pays a enregistré 4 937 676 cas dont 4 182 décès en 2021 et 4 844 731 cas et 5 580 décès  en 2022 (DHIS2 2022).

Face à ces chiffres alarmants, le gouvernement a fait de la CPS, une stratégie de contrôle du paludisme afin de réduire l’incidence de la maladie pour la tranche d’âge de 3 à 59 mois.

Pour réussir ce combat et renverser la tendance dans la lutte contre le paludisme, Dr Illiassou Idi Mainassara fait appel à une Union Sacrée. « L’atteinte de cet objectif nécessite une synergie d’actions entre tous les partenaires nationaux et internationaux, le gouvernement, le secteur privé et les communautés. C’est à travers cette implication de tous que nous pourrions atteindre l’objectif visant à éliminer le paludisme entant que problème majeur de santé publique au Niger à l’horizon 2030. », a plaidé le Ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales. Illiassou Idi Mainassara de poursuivre:  » Chacun de nous a un rôle à jouer pour que chaque enfant cible bénéficie effectivement de son traitement à chaque passage. Je tiens à encourager les médias, les communautés locales, les chefs traditionnels, les organisations à base communautaire et les leaders religieux pour leur implication active dans toutes les questions de santé. Je vous exhorte à plus d’efforts pour faire de cette campagne une réussite en œuvrant pour que tous les enfants cibles soient couverts au cours des différents passages », a lancé le Ministre de la Santé Publique. Il est persuadé que la lutte contre le paludisme passe obligatoirement par là et aussi par le respect des mesures telles que : l’assainissement de l’environnement couplée à la pulvérisation intra et extra habitation pour réduire la densité du moustique anophèle vecteur ; la prévention contre les piqures de moustiques en continuant à dormir sous moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action toutes les nuits et durant toute l’année et le recours précoce aux soins dès les premiers signes pour une prise en charge adéquate.

L’édition 2023 de la CPS va concerner soixante-sept (67) districts sanitaires sur les soixante-douze (72) que compte le pays avec une cible de 4.811. 757 enfants de 3 à 59 mois.

La particularité cette année, c’est qu’au niveau du district sanitaire de Damagram Takaya, en plus des enfants 3 – 59 mois, 58. 329 enfants âgés de 5 à 9 ans qui bénéficieront de cette prévention.

’Cette prise de médicaments permet de maintenir les concentrations du produit dans le sang pendant la période de haute transmission, au cours de laquelle le risque de contracter le paludisme est plus élevé ’’, a laissé entendre le Ministre de la Santé.Vu l’importance de la campagne, le Ministre de la Santé Publique a exhorté les parents de ne ménager aucun effort pour qu’au cours de chaque passage, chaque enfant cible puisse recevoir ses trois (3) doses dont la première est administrée le premier jour en présence du distributeur et les deux autres qui sont remises aux parents pour leur administration à domicile le deuxième et le troisième jour suivant la première dose.

Le Ministre Dr Illiassou Idi Mainassara prononçant son allocution

S’exprimant au nom de la représentante résidente de l’OMS au Niger, le coordonnateur des urgences pays à l’OMS) Dr Mor Diaw, a mis en évidence les résultats du rapport 2021 de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il ressort de cette étude que six (6) pays africains comptabilisent à eux seuls, plus de la moitié des cas et décès du paludisme au niveau mondial parmi lesquels le Niger avec 3% des cas et 4% des décès. Le même rapport souligne que les enfants de moins de cinq (5) ans constituent la cible la plus vulnérable avec 67% des décès associés au paludisme dans le monde.

Dr Mour Diaw a mis l’accent sur la stagnation des résultats dans la lutte contre le paludisme ces dernières années suite à la pandémie de la Covid-19. « Depuis 2017, ces progrès enregistrés dans le cadre de la lutte contre le paludisme demeurent stationnaires. De plus, la pandémie de la Covid-19 qui a sévit au niveau mondial de 2020 à nos jours a davantage mis à rude épreuve les systèmes de santé en général et les progrès vers l’élimination du paludisme en particulier », a regretté le fonctionnaire onusien.

Pour répondre à cette stagnation, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) mise sur la stratégie relative à la campagne de masse de Chimio Prévention du paludisme saisonnier (CPS) chez les enfants de moins de cinq (5) ans pour l’atteinte des objectifs de réduction de la morbidité et mortalité dus au paludisme définis dans la Stratégie technique mondiale 2016-2030 (GTS), a-t-il ajouté.

Dr Mour Diaw de féliciter par la suite le gouvernement nigérien et son peuple qui s’est très vite approprié cette stratégie et l’a porté à l’échelle passant de 4 districts sanitaires en 2013 à 67 districts sanitaires mettant en œuvre la CPS avant de réitérer la disponibilité de l’OMS à poursuivre son accompagnement au Niger dans ses efforts de lutte contre le paludisme et des autres priorités sanitaires.

Auparavant, le maire de l’arrondissement communal Niamey II et le gouverneur de la région de Niamey se sont félicités du choix apporté sur leurs entités administratives pour abriter le lancement de la CPS, édition 2023 tout en remerciant les partenaires techniques et financiers (PTF) pour leurs appuis multiples et multiformes en faveur des populations nigériennes.

 

Ibrahim Moussa

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...