Home / A la une / Exploitation minière : Orano prend acte du retrait de son permis d’IMOURAREN

Exploitation minière : Orano prend acte du retrait de son permis d’IMOURAREN

Octroyé au début des années 2000 par le gouvernement nigérien de l’époque, le permis minier du site d’IMOURAREN situé dans le département d’Arlit, région d’Agadez vient d’être retiré par les autorités nigériennes, ce 20 juin 2024.

C’est le ministre des mines, Commissaire Colonel  ABARCHI OUSMANE qui a annoncé le retour dudit site dans le domaine public dans une correspondance adressée au Directeur Général d’IMOURAREN SA. Une décision dont Orano indique prendre acte, dans un communiqué de presse.

Le 19 mars dernier, la société française IMOURAREN SA a reçu une deuxième mise en demeure lui intimant l’ordre de reprendre les travaux d’exploitation dans un délai de trois (3) mois, conformément aux dispositions de la loi minière et à l’étude de faisabilité transmise à l’Administration des Mines non validée par l’État du Niger. C’est cette mise en demeure qui expire le 19 juin 2024 que le gouvernement a appliqué à travers le ministère de tutelle.

« Par conséquent, en application des dispositions des articles 59 et 61 de l’ordonnance n°93-16 du 02 mars 1993 portant loi minière, le terrain couvert par le permis « IMOURAREN » fait retour au domaine public et se trouve libéré de tout droit en résultant », a notifié clairement le ministre des mines.

Réagissant à son tour, Orano indique prendre acte de la décision des autorités nigériennes du retrait à sa filiale IMOURAREN SA son permis d’exploiter le gisement. La société française annonce de son côté qu’elle a repris ses activités sur ledit tout en indiquant soumettre à l’État du Niger une proposition technique concrète permettant la mise en valeur le plus rapidement possible du site d’IMOURAREN.

Dans son communiqué, Orano affirme être disposé à maintenir ouverts tous les canaux de communication avec les autorités nigériennes tout en se réservant le droit de contester la décision du retrait du permis d’exploitation devant les instances judiciaires compétentes, nationales ou internationales.

Pour rappel, c’est en mai 2009 que le site du gisement d’IMOURAREN  a été officiellement inauguré par le Président de la République de l’époque, feu Mamadou Tandja et son exploitation annoncé pour 2012, soit trois (3) ans plus tard. Une exploitation qui n’a jamais eu lieu par la société Areva, l’ancêtre d’Orano.

Après plusieurs années d’attente pour la partie nigérienne assortie d’une deuxième mise en demeure, le gouvernement a fini par ramener le site d’IMOURAREN au domaine public de l’État à partir de ce mardi 20 juin 2024, dans un contexte où les autorités de transition ont fait de la souveraineté du Niger dans l’exploitation de ses ressources minières et pétrolières, leur cheval de bataille.

C’est un investissement initial de 1,2 milliards d’euros et qui devait entrainer la création de 1400 emplois directs avait annoncé à l’époque, la société Areva. Il était attendu une production de 5000 tonnes d’oxyde d’uranium par an pour une durée de vie d’environ 35 ans.

 

Ibrahim Moussa

Ceci pourrait vous interesser

Gestion de la transition : Une nouvelle constitution et un nouveau code électoral seront élaborés

Dans le document intitulé « Ma vision pour le Niger » le Général Abdourahamane Tiani ...