Home / A la une / DISCOURS DU PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT SEM. OUHOUMOUDOU MAHAMADOU A L’OUVERTURE DU 2è FORUM INTERNATIONAL ANNUEL SUR LE DEVELOPPEMENT DE LA REGION DU LAC TCHAD

DISCOURS DU PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT SEM. OUHOUMOUDOU MAHAMADOU A L’OUVERTURE DU 2è FORUM INTERNATIONAL ANNUEL SUR LE DEVELOPPEMENT DE LA REGION DU LAC TCHAD

 

Le PM Ouhoumoudou Mahamadou

■Messieurs les Présidents des
Institutions de la république
■Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement;
■Monsieur le Secrétaire Exécutif de la Commission du Bassin du Lac Tchad, Chef de Mission de la Force Multinationale Mixte;
■Mesdames et Messieurs les Députés;
■Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique
■Monsieur le Président du Forum des Gouverneurs du Bassin du Lac Tchad ;
■Messieurs les Gouverneurs des Régions;
■Monsieur le Député Maire, Président du Conseil de Ville de Niamey;
■Messieurs les Recteurs des Universités;
■Chers Membres des Délégations des Pays de la CBLT;
■Honorables Chefs Traditionnels et Leaders Religieux ;
■Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations des Femmes et des Jeunes du Bassin du Lac Tchad;
■Chers Invités;
■Mesdames et Messieurs :
Permettez-moi, au nom du Président de la République, Chef de l’Etat,
Son Excellence MOHAMED BAZOUM, et du Gouvernement, de souhaiter la bienvenue et un agréable séjour à
Niamey, aux délégations des pays membres de la CBLT et à nos illustres invités.
Permettez-moi également de remercier le Secrétariat Exécutif de la Commission du Bassin du Lac Tchad pour le choix du Niger pour abriter ce 2è Forum International Annuel sur le Développement de la Région du Lac Tchad. Ce choix honore le Niger, pays reconnu pour son hospitalité légendaire et son attachement aux idéaux d’intégration régionale.
Je salue l’initiative de ce Forum qui est aujourd’hui à sa deuxième édition, après celui tenu l’année dernière, à Abuja, en République Fédérale du Nigeria. Il constitue une opportunité supplémentaire pour nos Etats membres de la CBLT de réfléchir sur de nouveaux mécanismes et stratégies pour sauver cette région qui abrite plus de 50 millions de personnes, et d’en faire un espace économique viable et sécurisé.
Mesdames et Messieurs,
Nous observons avec désolation qu’en raison des effets du changement climatique, le Lac Tchad que se partagent le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad, a perdu 90% de sa surface en eau, en l’espace de 40 ans.La tendance actuelle n’est malheureusement pas à l’optimisme car le Lac continue de se rétrécir avec comme conséquences, entre autres, la dégradation du potentiel de production agricole et halieutique, la réduction des pâturages, et la perte progressive de la biodiversité.
Une autre conséquence qui découle de cette situation, c’est l’exacerbation de la pauvreté avec ses corollaires de conflits et de migration car à cette crise écologique, est venue se greffer une crise sécuritaire du fait des actions des groupes terroristes Boko Haram et Etat Islamique en Afrique de l’Ouest. Les violences occasionnées par ces groupes terroristes ont entraîné une perturbation du tissu social et la destruction des moyens de subsistance traditionnels, provoqué des déplacements massifs des populations dans leur propre pays ou vers les pays voisins.
Comme vous le constatez, le rétrécissement progressif du Lac Tchad est une catastrophe qui menace la vie de plusieurs millions de personnes.
Mesdames et Messieurs,
Grâce aux opérations de la Force Multinationale Mixte composée des troupes des pays membres de la CBLT, nombreux sont les terroristes neutralisés ou capturés. L’engagement de nos Forces de Défense et de Sécurité est de maintenir la pression sur ces groupes terroristes en obligeant leurs combattants à déposer les armes et à se rendre, en détruisant leurs bases logistiques et leurs matériels de guerre, en coupant leurs chaines d’approvisionnement pour bloquer toutes transactions qui leur permettaient de soutenir leurs efforts de guerre.
Je note avec satisfaction que plusieurs de nos compatriotes qui se sont engagés dans cette aventure sans lendemain ont saisi la main tendue de nos Gouvernement respectifs pour se repentir. Au Niger en particulier les repentis de Boko Haram et de l’Etat Islamique en Afrique de l’Ouest bénéficient d’un programme de formation professionnelle et de réinsertion socio-économique.
Du fait de la détermination de nos Etats et de l’engagement patriotique de nos Forces de Défense et de Sécurité, il n’y a aucun doute que les groupes terroristes qui opèrent dans le bassin du Lac Tchad ont perdu progressivement du terrain. Ils poursuivent cependant de manière sporadique leurs actes de terrorisme sur les populations avec des meurtres, des enlèvements contre rançon et des rapines :Le recours récent par ces groupes á la la pose d’engins explosifs constitue un acte de désespoir d’un ennemi en perte de vitesse.
J’invite les populations à une collaboration plus soutenue avec les Forces de Défense et de Sécurité pour déjouer ce nouveau mode opératoire des ennemis de la paix et pour que le terrorisme soit définitivement éradiqué dans le bassin du Lac Tchad.
Mesdames et Messieurs,
Le Bassin du Lac Tchad a toujours été une plaque tournante du commerce interrégional et des flux commerciaux. Une paix durable dans la région nécessitera une coopération transfrontalière et inter-régionale, mais aussi une coordination opérationnelle permanente entre tous les pays membres.
Il est plus qu’urgent de restaurer le vivre-ensemble, la solidarité, la cohésion et l’harmonie sociale. Nous demeurons profondément convaincus que l’intégration régionale reste un impératif en cette ère d’insécurité et de menaces en tous genres.
C’est pourquoi, le Forum International Annuel est un cadre pour créer un bassin du Lac Tchad fort, stable, uni et résilient en améliorant de manière significative la situation des quatre pays qui sont profondément touchés par l’action des groupes terroristes et criminels. C’est un impératif car les conflits et le changement climatique ne connaissent pas de frontières.
Mesdames et Messieurs,
Le 2ème Forum International Annuel sur le Développement de la région du Lac Tchad dont le thème est : « Intégration Régionale et Gestion des Risques liés aux Ressources Naturelles :
Solutions pour une Paix et un Développement Economique
Durables dans la Région du Lac Tchad » est une occasion pour échanger autour des problématiques qui font l’actualité dans le bassin du Lac Tchad. Au titre de ces problématiques, je citerai :
-la situation des personnes déplacées principalement les femmes et les enfants;
-les effets néfastes du changement climatique;
-l’exploitation des ressources naturelles et les moyens de subsistance;
-la paix, la sécurité et le développement;
-la gouvernance locale, la cohésion sociale et la résilience des communautés.Ce forum est aussi une occasion d’échanges sur la revitalisation du lac Tchad et les problèmes clés qui affectent la région.
En particulier les scientifiques et les chercheurs pourront discuter avec les praticiens, les planificateurs, les représentants des communautés et la société civile, autant d’acteurs qui jouent un rôle clé dans la résolution des problèmes complexes de la région tels que l’insécurité, l’instabilité, la pauvreté endémique et les pandémies, entre autres.
Le présent Forum vise également à jeter les bases d’un dialogue constructif sur la manière de passer d’une réponse humanitaire à celle de développement dans le bassin du Lac Tchad.
Il a également été prévu d’élaborer, à cette occasion, un programme d’action global devant permettre de faire face aux différents défis majeurs de la région du lac Tchad.
En parlant, d’ailleurs des défis majeurs, il me vient à l’esprit la lancinante question des déplacés internes et des réfugiés. C’est un défi majeur parce que ce sont des personnes qui sont éloignées de leurs terroirs d’origine, mais aussi du fait de l’incapacité pour elles de mener des activités économiques pour leur autonomisation.

Photo de famille

Au Niger, le Président de la République, Chef de l’Etat, suit avec une attention particulière le retour progressif des populations déplacées dans leurs villages d’origine. Ce retour, pour être crédible et efficace doit être accompagné de conditions satisfaisantes de sécurité et de réinstallation ainsi que de la mise à la disposition des populations de moyens qui leur permettent de reprendre une vie normale.
Je voudrais, en cette heureuse circonstance, renouveler l’engagement de mon Gouvernement pour l’atteinte des objectifs du Projet de Relance et de Développement de la Région du Lac Tchad, ce, dans le droit fil du mandat de notre organisation commune qu’est la CBLT.
Il ne pourrait en être autrement dans la mesure où cet important projet dont les premiers résultats sont encourageants à plus d’un titre, est aligné d’une part sur la Stratégie Régionale de Stabilisation et de Résilience du Bassin du Lac Tchad, et d’autre part sur les Stratégies Nationales de Développement et de Sécurité.
Mesdames et Messieurs,
Permettez-moi de rappeler à votre attention, l’opportunité que vous offre le présent Forum pour procéder à un bilan critique de la performance du PROLAC, les défis, contraintes et opportunités particulièrement les bonnes pratiques et les leçons apprises qui viendront utilement enrichir la poursuite des activités de ce projet.
En plus du PROLAC, il faut souligner les rêsultats fort élogieux du Projet d’Appui aux Réfugiés et Communautés d’Accueil qui, après 4 ans d’exécution, a permis à des milliers de personnes résidentes et victimes de déplacements forcés d’avoir un meilleur accès aux services sociaux de base et de nouveaux revenus pour leur autonomisation économique.
Au terme du Forum, des recommandations fortes ainsi qu’une Déclaration dite « DECLARATION DE NIAMEY » qui prend en compte les questions de fragilité, de résilience et de développement de la Région du Lac Tchad sont attendus.Les Gouvernements des pays membres de la CBLT fondent beaucoup d’espoir sur les conclusions opérationnelles qui sortiront de vos échanges. C’est pourquoi, je resterai attentif aux discussions que vous aurez tout au long de cette rencontre.
Avant de terminer mon propos, je voudrais réitérer notre haute appréciation sur la qualité des relations entre les différents pays ici représentés et nos remerciements renouvelés à la Banque Mondiale et aux différents autres Partenaires Techniques et Financiers qui accompagnent nos Etats dans la lutte contre les groupes terroristes et criminels, et pour le relèvement de ce Bassin meurtri par près de 15 années d’insécurité.
En souhaitant plein succès à vos travaux, je déclare ouvert le 2è Forum International Annuel sur le Développement de la Région du
Lac Tchad.

Je vous remercie.

Ceci pourrait vous interesser

Retrait des forces américaines du Niger : Vers la fin de l’influence occidentale au sahel

Le 16 mars dernier, le gouvernement de la République du Niger dénonçait les accords militaires ...