Home / A la une / Des politiques de gouvernance foncière innovantes et de bonne qualité pour libérer le potentiel productif de l’Afrique

Des politiques de gouvernance foncière innovantes et de bonne qualité pour libérer le potentiel productif de l’Afrique

Addis-Abeba, le 21 novembre 2023 – Si les pays africains créent des politiques de gouvernance foncière innovantes et de bonne qualité qui favorisent un accès équitable à la terre et créent un environnement propice aux investissements, cela libérera le potentiel productif du continent.

Telles sont les sentiments exprimés par les dirigeants, à l’ouverture de la cinquième Conférence sur la politique foncière en Afrique (CLPA), à Addis-Abeba, en Éthiopie qui se déroule du 21 au 24 novembre 2023.

La Ministre ougandaise des terres, du logement et du développement urbain, Judith Nabakooba, a déclaré que l’Afrique a besoin de politiques de bonne gouvernance foncière qui renforcent les droits des femmes à la terre afin d’obtenir des résultats justes et durables pour tous.

« L’Ouganda comprend la relation qui existe entre la terre, le commerce et le bien-être de la population. Une gouvernance et une gestion foncière efficaces sont la pierre angulaire d’une justice sociale durable », a déclaré Mme Nabooka, ajoutant que « les politiques formulées doivent être visionnaires et doivent intégrer les questions de changement climatique et réformer les systèmes de justice foncière ».

La Commissaire chargée de l’agriculture, du développement rural, de l’économie bleue et de l’environnement durable, Josefa Sacko, a noté que des progrès significatifs ont été réalisés depuis la dernière édition de la conférence dans l’avancement des politiques foncières dans les États membres de l’Union africaine.

«Il y a deux ans, nous nous sommes réunis pour réfléchir sur les défis qui entravent une gouvernance foncière durable, et je suis heureuse d’annoncer qu’il y a eu une dynamique notable dans la mise en œuvre de politiques visant à favoriser des pratiques d’administration foncière durable », a déclaré Mme Sacko».

« Un domaine de progrès important concerne l’avancement des droits fonciers des femmes, conformément au programme foncier de l’Union africaine. Grâce à des interventions politiques ciblées, des réformes juridiques et des campagnes de sensibilisation, nous avons été témoins de progrès tangibles dans l’élévation du statut des femmes en tant qu’acteurs clés de la gouvernance foncière.

Elle a déclaré que des efforts louables ont été fournis en Tanzanie, en République démocratique du Congo, en Guinée et au Malawi pour évaluer les droits des femmes à la terre dans les politiques et les lois et pour prendre des mesures visant à combler les lacunes identifiées.

Elle a noté que le Centre africain pour les politiques foncières (ALPC) a entamé le processus d’élaboration de la stratégie continentale intégrant la dimension genre dans les secteurs fonciers nationaux.

Le Directeur par intérim de la Division du développement du secteur privé et des finances, Robert Lisinge, a déclaré au nom du Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, M. Claver Gatete, que des systèmes de gouvernance foncière solides sont essentiels pour faciliter l’engagement des jeunes, des femmes, des communautés et du secteur privé et tirer profit de la ZLECAf et de la numérisation.

« Si les gouvernements africains font respecter les politiques et la bonne gouvernance foncière, ils soutiendront les parcs agro-industriels, les infrastructures et les énergies renouvelables, tous les ingrédients nécessaires à l’industrialisation et au commerce », a déclaré M. Lisinge.

Il a noté que les technologies numériques inclusives peuvent soutenir les processus d’élaboration des politiques foncières et commerciales grâce à une prise de décision fondée sur les données. Ils peuvent identifier les opportunités de réforme, de création d’emplois, d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, ainsi que les besoins alimentaires en Afrique.

La Conseillère en gestion des ressources naturelles, à la Banque africaine de développement (BAD), Kanziemo Leontine, a déclaré que la gouvernance foncière et la réglementation de l’accès et de l’utilisation des terres permettent d’accélérer la mise en œuvre de la ZLECAf en contribuant à la production de biens, en libérant le potentiel agricole, en favorisant l’égalité des sexes, ainsi qu’un développement territorial équilibré. En outre, l’Agenda 2063 de l’Afrique appelle les gouvernements à autonomiser pleinement les femmes dans tous les domaines en leur accordant des droits sociaux, politiques et économiques égaux, y compris le droit de posséder et d’hériter de biens, de signer des contrats et d’enregistrer et de gérer des entreprises.

« La question de la bonne gouvernance foncière devient cruciale pour la réalisation de la ZLECAf », a-t-elle déclaré, ajoutant que les gouvernements devront continuer à investir dans le soutien aux exploitantes agricoles.

L’Ambassadeur de Suède en Éthiopie et à Djibouti, Hans Lundquist, a déclaré que la terre est une ressource fondamentale qui assure le bien-être. En améliorant la gouvernance foncière, nous pouvons créer une sécurité foncière et des investissements prospères.

La Conférence sur la politique foncière est organisée par le consortium tripartite composé de la Commission de l’Union africaine (CUA), de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Commission économique pour l’Afrique (CEA). Ladite conférence a pour thème : « Promouvoir une gouvernance foncière durable pour la mise en œuvre accélérée de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) ».

L’adoption du thème de l’édition 2023 devrait générer un plus grand engagement politique et accélérer la mise en œuvre effective de la ZLECAf pour bénéficier pleinement aux citoyens africains et réaliser les aspirations et les objectifs de l’Agenda 2063.

-Fin-

À propos de la CEA

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

-Fin-

 

Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : eca-info@un.org

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...