Home / A la une / Ce dont les pays en développement vulnérables au climat ont besoin dès maintenant

Ce dont les pays en développement vulnérables au climat ont besoin dès maintenant

BRIDGETOWN/ABUJA – Un problème aussi vaste et destructeur sans précédent que le changement climatique exige une nouvelle réflexion audacieuse et une action urgente. Pourtant, depuis la pandémie de COVID-19 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les tensions géopolitiques ont dominé l’agenda mondial, entravant les efforts collectifs visant à relever ce défi existentiel.

Mia Amor Mottley est Premier ministre et ministre des Finances de la Barbade.

Anticipant ce qui attend leurs pays, les ministres des Finances africains se sont réunis pendant la pandémie pour appeler à un plan de relance de 100 milliards de dollars pour résister au choc. Cependant, quatre ans plus tard, les flux financiers nets vers les pays en développement sont devenus négatifs – ce qui signifie que les prêteurs des pays riches, pour la plupart, reçoivent plus d’argent que n’en reçoivent – ​​en raison de la montée en flèche des coûts du service de la dette, des taux d’intérêt plus élevés et du manque de financement. options de financement externe supplémentaires. Il est désormais crucial que les engagements existants – tels que le paquet d’investissement de 150 milliards d’euros (160 milliards de dollars) pour la passerelle mondiale UE-Afrique – soient pleinement mis en œuvre pour soutenir les pays africains.

Le président américain Joe Biden et le président kenyan William Ruto ont reconnu ces défis dans leur déclaration sur la vision de Nairobi-Washington le mois dernier, lorsqu’ils se sont engagés à garantir que « les pays aux ambitions élevées n’aient pas à choisir entre le service de leurs dettes et les investissements nécessaires pour leur avenir. » L’administration Biden reconnaît que des flux financiers nets positifs sont essentiels pour aider les pays à répondre à la crise climatique et à construire des systèmes énergétiques à faibles émissions de carbone.

Comme nous l’a récemment rappelé le secrétaire général de l’ONU, António Guterres , il y a 80 % de chances que la température moyenne mondiale augmente temporairement de plus de 1,5° Celsius par rapport aux niveaux préindustriels au cours d’au moins une des cinq prochaines années. La bataille pour maintenir le réchauffement climatique en dessous du seuil fixé par l’accord de Paris sur le climat sera gagnée ou perdue dans les années 2020. Les investissements et l’innovation nécessaires doivent avoir lieu dès maintenant.

Des pays comme le Nigeria et la Sierra Leone élaborent des plans de croissance verte et lancent des programmes d’investissement axés sur les énergies renouvelables et les infrastructures résilientes au climat ; et la Barbade vient de présenter son propre plan d’investissement pour 2035 pour parvenir à la prospérité et à la résilience. Mais ces efforts nécessitent tous un financement.

Les propositions de l’Initiative de Bridgetown visant à réformer l’architecture financière mondiale peuvent susciter le type de changements dont nous avons besoin. Le G20 a déjà réagi en cherchant un impôt sur la fortune qui pourrait débloquer environ 250 milliards de dollars de nouveaux financements, et nous pourrions mobiliser jusqu’à mille milliards de dollars supplémentaires sous forme de prêts à faible coût en exploitant les bilans des banques multilatérales de développement (BMD). De plus, en ajoutant des clauses climatiques aux contrats de dette, les pays en développement peuvent préserver l’espace budgétaire dont ils ont besoin pour répondre aux chocs climatiques majeurs.

Mais nous devons faire davantage. En mai, le conseil d’administration du Fonds monétaire international a approuvé l’utilisation des droits de tirage spéciaux (DTS, l’unité de compte du FMI) comme capital hybride, ce qui permettra aux BMD d’élargir leur bilan. C’est un bon début, mais les pays du G20 doivent engager les DTS nécessaires pour capitaliser sur cette innovation financière.

Nous devons également veiller à ce que les financements concessionnels (prêts à des conditions accommodantes) continuent d’affluer vers les pays les plus vulnérables et les plus touchés par le climat. Un tiers des pays éligibles au soutien de l’Association internationale de développement de la Banque mondiale sont désormais plus pauvres qu’ils ne l’étaient à la veille de la pandémie de COVID-19.

Les pays IDA ont un potentiel économique important. Ils représentent environ 20 % de la production mondiale d’étain, de cuivre et d’or ; la plupart sont bien placés pour profiter de l’énergie solaire (en raison d’un ensoleillement abondant) ; et beaucoup possèdent des gisements de minéraux essentiels à la transition énergétique. Mais ils sont pauvres en énergie et auront besoin d’un soutien technique et financier pour fournir de l’électricité à 300 millions de personnes qui en manquent, comme l’envisage un nouveau programme lancé par la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. Pour parvenir à une reconstitution ambitieuse du fonds IDA plus tard cette année et débloquer 120 milliards de dollars de subventions et de prêts pour rendre cela possible, les actionnaires de la Banque mondiale doivent accroître leurs ressources.

Les pays à revenu intermédiaire – en particulier les 20 vulnérables (qui comprennent désormais 68 pays ) – ont également besoin de toute urgence d’un meilleur accès aux subventions et aux capitaux à long terme. Les petits États insulaires en développement ne devraient pas être pénalisés pour leurs bonnes performances en étant contraints de « sortir » de l’IDA. Cela les mettra à la merci des marchés de capitaux alors qu’ils ont encore besoin de financements rapides et abordables pour renforcer leur résilience et maintenir une assurance contre les chocs climatiques persistants. Le Fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité du FMI a démontré la sensibilité nécessaire aux besoins de financement abordable et à long terme des pays vulnérables à revenu faible et intermédiaire. Mais davantage de facilités de ce type – et de mécanismes connexes, comme les garanties – sont nécessaires pour accélérer les progrès au cours de la décennie à venir.

Wale Edun est ministre des Finances du Nigeria et président du Forum des gouverneurs africains à la Banque mondiale.

Il faut continuer à réduire le coût du capital pour tous les pays qui cherchent à investir dans la transition énergétique. Nos propres pays sont confrontés à une prime lorsqu’ils empruntent sur les marchés des capitaux, en partie parce que les agences de notation ne tiennent pas pleinement compte des conditions auxquelles nous sommes confrontés. La situation est non seulement injuste, mais aussi imprudente. Une bonne première étape vers la réduction des coûts d’emprunt et la viabilité commerciale des investissements serait de réformer les surtaxes du FMI, qui ont coûté 1,9 milliard de dollars aux pays emprunteurs endettés rien qu’en 2023.

Nous devons également continuer à fournir des liquidités aux pays en développement grâce à de nouvelles émissions de DTS. C’est une évidence, car cela stabiliserait les monnaies et aiderait à gérer le fardeau de la dette sans contribuer à l’inflation. Et enfin, nous devons faire en sorte que les marchés du carbone s’efforcent de dissuader la pollution et de canaliser les ressources vers une énergie plus propre. Notre enjeu collectif dans l’avenir de la planète nous oblige à agir maintenant et à grande échelle.

Mia Amor Mottley est Premier ministre et ministre des Finances de la Barbade. Wale Edun est ministre des Finances du Nigeria et président du Forum des gouverneurs africains à la Banque mondiale.

Droit d’auteur : Syndicat du projet, 2024.
www.project-syndicate.org

Ceci pourrait vous interesser

Gestion de la transition : Une nouvelle constitution et un nouveau code électoral seront élaborés

Dans le document intitulé « Ma vision pour le Niger » le Général Abdourahamane Tiani ...