Home / A la une / Budgétisation sensible au dividende démographique : La CEA et le CREG s’associent pour asseoir les bases solides d’une économie porteur de développement durable.

Budgétisation sensible au dividende démographique : La CEA et le CREG s’associent pour asseoir les bases solides d’une économie porteur de développement durable.

Photo de groupe à la cérémonie d’ouverture de l’atelier

Les experts de cinq (5) pays de l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina, Niger, Sénégal et le Togo) sont en conclave à partir de ce mardi 4 juillet 2023, et ce, jusqu’au vendredi 7, à l’hôtel Noom de Niamey pour mûrir des réflexions sur la problématique de la budgétisation sensible au dividende démographique.

Organisé par le Bureau Sous Régional-Afrique de l’Ouest (BSR-AO/CEA) de la Commission Economique pour l’Afrique en partenariat avec le Consortium Régional pour la Recherche Endogène Générationnelle (CREG), l’atelier constitue un cadre pertinent pour générer des évidences afin d’informer les policymakers sur les actions urgentes à mener pour la capture du dividende démographique en Afrique subsaharienne.

S’exprimant au nom du Président Coordonnateur du CREG, Pr. Latif Dramani empêché, Dr Oga Jean Etienne, a indiqué que « L’étape d’arrimage et l’analyse de la sensibilité budgétaire marquent une phase décisive du processus de la BSDD qui constitue un indicateur permettant aux cinq (05) pays impliqués de passer en revue le budget en tant qu’instrument fondamental de politique économique. ». Dr Oga a réitéré par la suite, l’engagement du CREG à collaborer avec la CEA tout en remerciant la Directrice et toute son équipe pour les échanges et la collaboration fructueux qui ont facilité la tenue de cet atelier.

L’équipe du CREG réitère sa disponibilité à appuyer le processus et espère compter sur la détermination des experts pays à travailler de façon acharner, comme d’habitude, pour l’atteinte des objectifs visés, a-t-il ajouté.

En s’adressant à l’assistance, la Directrice du Bureau Sous Régional-Afrique de l’Ouest de la CEA, Mme N’Goné Diop de souligner que la rétropolation de l’indice Demographic Dividend Monitoring Index (DDMI) aux fonctions du budget  et analyse de la sensibilité permettra aux pays bénéficiaires d’être mieux outillés à identifier les secteurs nécessitant des investissements importants pour la capture du dividende démocratique et la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) par une allocation optimale des ressources.

Avec une population constituée à plus de 60% des jeunes de moins de 25 ans, et un taux de fertilité allant d’environ 2 naissances pour le Cap Vert à 6,8 naissances pour le Niger, le profile démographique de l’Afrique de l’Ouest a d’énormes implications sur les politiques sectorielles et les ressources des pays qui doivent répondre aux besoins socio-économiques des populations.

Face à ces préoccupations soulevées par les Chefs d’Etat, au Sommet de l’Union Africaine en janvier 2016 sur le thème « Tirer profit du Dividende Démographique en investissant dans la jeunesse, le Bureau Afrique de l’Ouest de la CEA a répondu à travers la création en 2019 du Centre d’Excellence des Dynamiques Démographiques pour le Développement en son sein, a précisé Mme N’Goné Diop.

La représentante de la coordinatrice du système des nations unies au Niger, de saluer à son tour, la tenue d’une telle rencontre qui vaut son pesant d’or pour des pays de l’Afrique de l’Ouest et particulièrement au Niger qui a le taux de fécondité le plus élevé avec 6,8 naissances par femme.

Mme N’Goné Diop, Directrice Bureau Sous Régional-Afrique de l’Ouest de la CEA

En ouvrant les travaux de l’atelier, le Secrétaire Général du Ministère du Plan, M. Saädou Bakoye a d’entrée de jeu, salué la mise en place par le CREG de deux (2) indicateurs du suivi du Dividende Démographique parmi lesquels : Demographic Dividend Monitoring Index (DDMI) qui permet d’évaluer et de suivre la progression des pays dans la capture et l’exploitation du dividende Démographique et qui couvre cinq (5) dimensions : la dépendance économique, la qualité du cadre de vie ; les dynamiques de pauvreté ; le développement humain et les réseaux et territoires et le budget national, principal outil d’allocation des ressources aux secteurs socioéconomiques d’un pays.

Il a par la suite mis en évidence, l’importance de la démarche qui est constituée principalement de quatre (4) étapes, à savoir : la transformation du budget classique en budget fonctionnel ; le retropolage du DDMI sur les dix (10) dernières années ; l’arrimage du DDMI au budget fonctionnel et l’analyses des élasticités budgétaires et production du rapport d’analyse.

Cet atelier, le 3ème du genre, intervient après deux autres organisés à Grand Bassam (Côte d’Ivoire) et Cotonou (Bénin).

 

Ibrahim Moussa

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...