Home / A la une / Appel à une action accélérée pour soutenir la transformation structurelle des Pays en développement sans littoral

Appel à une action accélérée pour soutenir la transformation structurelle des Pays en développement sans littoral

Gaborone, Botswana, le 29 mai 2023 (CEA) – Les Pays en développement sans littoral (PDSL), actuellement confrontés à des défis économiques et infrastructurels, ont besoin d’un soutien technique et financier accru pour réaliser un développement durable, ont déclaré les dirigeants lors de la Réunion d’examen régional africain de haut niveau du Programme d’action de Vienne (VPoA) pour les PDSL qui vient de débuter à Gaborone, la capitale du Botswana.

Dans un message vidéo diffusé à l’ouverture de la réunion, le Secrétaire exécutif par intérim de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Antonio Pedro, a déclaré que si les PDSL africains ont fait des progrès notables en matière de développement, cela n’a pas été suffisamment substantiel pour atteindre les objectifs et les cibles définis dans le VPoA.

Les progrès limités réalisés ne signifient pas pour autant que les réalisations doivent passer inaperçues. Les PDSL ont ainsi amélioré l’accès à l’électricité, passant de 24 % à 37 % entre 2014 et 2020, et anticipent une croissance économique à 5,3 % pour 2023. En outre, des travaux étaient en cours pour accomplir davantage de progrès, notamment à travers la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

« Une bonne exécution de la ZLECAf permettrait de renforcer la coopération régionale et l’intégration économique sur le continent et répondrait directement à certains des défis auxquels les PDSL ont été confrontés au fil des années – en particulier en ce qui concerne la réduction des coûts de transit », a-t-il déclaré, notant que les défis particuliers résultant de leur enclavement, ainsi que de l’insuffisance d’infrastructures de transport étaient quelques-uns des défis auxquels étaient confrontés les PDSL.

« Nous devrons poursuivre notre travail essentiel pour relever les défis uniques auxquels sont confrontés les PDSL et nous devons le faire ensemble », a déclaré M. Pedro aux participants, ajoutant que les défis d’une majorité des PDSL africains étaient aggravés par une incidence récurrente de conflits, d’instabilité politique et la persistance de niveaux élevés de pauvreté et d’inégalités.

L’Afrique abrite 16 des 32 Pays en développement sans littoral du monde, dont 13 sont également des Pays les moins avancés (PMA).

La réunion de deux jours qui se tient sous le thème, « De Vienne à Kigali : Vers une nouvelle décennie de partenariats pour un programme d’action transformateur pour les Pays en développement sans littoral » passera en revue la mise en œuvre du Programme d’action de Vienne en Afrique. Organisée par le Bureau du Haut Représentant des Nations Unies pour les Pays les moins avancés, les Pays en développement sans littoral et les Petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS) conjointement avec la CEA et le Gouvernement du Botswana, la réunion rassemble des ministres et des hauts fonctionnaires des ministères traitant directement de la mise en œuvre du VPoA.

La réunion régionale de haut niveau précède la troisième Conférence des Nations Unies sur les Pays en développement sans littoral (PDSL) prévue pour 2024, qui examinera de manière approfondie la mise en œuvre du Programme d’action de Vienne pour les PDSL.

S’adressant aux participants de la réunion d’examen, le Haut Représentant et Sous-Secrétaire général pour les Pays les moins avancés, les Pays en développement sans littoral et les Petits États insulaires en développement, Rabab Fatima, a déclaré que l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté un « Appel ambitieux à l’action visant à accélérer la mise en œuvre du Programme d’action de Vienne » pour aider les PDSL à mettre en œuvre efficacement le VPoA et à réaliser un développement durable.

« De toute évidence, les objectifs et les aspirations du VPoA, du Programme 2030 et de l’Agenda 2063 sont loin d’être sur la bonne voie », a noté Mme Fatima, ajoutant que « nous devons redoubler d’efforts pour changer les choses. La 3ème Conférence des Pays en développement sans littoral nous offre l’occasion de le faire ».

Mme Fatima a déclaré que l’Afrique doit tirer parti de l’occasion unique qu’offre la 3ème Conférence des Pays en développement sans littoral de mobiliser un soutien et une solidarité mondiale afin de renforcer les partenariats et ce dans le but de transformer la vie et les moyens de subsistance de 533 millions de personnes vivant dans 32 pays enclavés.

Pour sa part, le Ministre adjoint de l’agriculture du Botswana, Molebatsi Molebatsi, a déclaré que les PDSL ne devraient pas être laissés pour compte en matière de développement durable, bien au contraire ceux-ci ont besoin de financement pour une meilleure connectivité afin de mettre en œuvre le Programme d’action de Vienne et de réaliser les Objectifs de développement durable.

  1. Molebatsi a déploré que les PDSL africains soient exclus du commerce mondial, appelant à ce que le successeur du VPoA soit un accélérateur dans la réalisation des Objectifs de développement durable.

« Il est nécessaire de travailler ensemble pour assurer le dépassement des défis communs que nous avons. L’utilisation des dernières technologies nous aidera grandement à atteindre cet objectif », a déclaré M. Molebatsi.

-Fin-

À propos de la CEA

 

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique.

Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.uneca.org

Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : eca-info@un.org

 

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...