Home / A la une / Adresse à la Nation du président du CNSP : Abdourahamane Tiani annonce la tenue d’un dialogue inclusif et une transition de trois (3) ans

Adresse à la Nation du président du CNSP : Abdourahamane Tiani annonce la tenue d’un dialogue inclusif et une transition de trois (3) ans

Le Président du CNSP, Chef de l’Etat, le général de brigade Abdourahamane Tiani

Depuis son arrivée à la tête du pays le 26 juillet dernier suite au coup d’Etat qu’il a perpétré contre le Président de la République Mohamed Bazoum, le général de brigade Abdourahamane Tiani s’est adressé pour la 2ème fois aux Nigériens ce samedi 19 août 2023.

Dialogue national inclusif, sanctions et intervention militaire de la CEDEAO, la souveraineté du Niger ainsi que l’avenir du pays, tels ont été les principales articulations du discours prononcé par le Président du CNSP, Chef de l’Etat. De tous les points qu’il a évoqués, celui qui a le plus attiré l’attention des observateurs, est relatif à la durée de la transition qui n’excédera pas trois (3).

Sans détour, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani a reconnu les effets des sanctions de la CEDEAO sur le Niger avant de les qualifier d’injustes : « Depuis le 30 juillet dernier, nous vivons dans notre chair les sanctions d’une ampleur sans précédent prises contre le Niger et son peuple suite aux évènements du 26 juillet 2023. Ces sanctions visent notamment à nous priver de ressources financières indispensables au fonctionnement de nos institutions, à entraver notre vie quotidienne et à étouffer notre économie et le petit commerce », a déploré le Chef de l’Etat.

Abordant la question du dialogue avec les parties prenantes, le président du CNSP s’est dit partant mais dans le respect des aspirations du peuple nigérien. Le général de brigade Abdourahamane Tiani dit avoir compris que le peuple nigérien aspire plus que jamais au changement avec les manifestations gigantesques de soutien au CNSP à travers le pays. Le peuple veut la démocratie dans la justice, sans corruption et aussi sans exclusion. « Le CNSP adhère pleinement au principe du libre choix des gouvernants par le peuple. Mais pour que le peuple puisse choisir ses dirigeants, il faut un système transparent dans lequel les opposants ne sont pas emprisonnés ou exilés, dans lequel une véritable alternance est possible et dans lequel la société civile peut librement s’exprimer et manifester, sans être inquiétée », a laissé entendre le Chef de l’Etat.

Sur la redoutable question d’une éventuelle intervention militaire, le général de brigade Abdourahamane Tiani a été ferme là-dessus en mettant en garde contre toute intervention étrangère. « Si une agression devait être entreprise contre nous, elle ne serait pas la promenade de santé à laquelle certains veulent croire. En effet, ils trouveront face à eux 26 millions de Nigériens, les dignes fils de Dounama Dibbalami, Idriss Alaouma, Mohamed Kosso, Souleymane Dan Timtouma, Amadou Tanimoune Kourar Daga, Ousmane Dan Fodio, Alpha Maman Djobbo, Kaocen Ag Kedda, Dan Kassacua Agoragui. Babari Soba, Aggaba Mohamed Almoubarak. Akazama Ari Kaloumbou Oueri Manto, Mali Béro. Soni Ali Ber et j’en passe », a martelé le nouvel homme fort de Niamey.

Par rapport au dialogue national inclusif, l’objectif de ce dernier qui durera un (1) mois est ‘’de consulter toutes les composantes du peuple nigérien sur les voies les meilleures permettant de poser les fondements d’une nouvelle vie constitutionnelle sur des piliers profondément ancrés dans nos valeurs traditionnelles et républicaines ’’, a précisé le Chef de l’Etat.

Le général de brigade Abdourahamane Tiani est persuadé que la solution à la crise née des évènements du 26 juillet dernier est dans les mains des Nigériens. « C’est donc entre Nigériens et dans le dialogue fraternel que nous allons trouver, j’en suis convaincu, les solutions adaptées à tous les défis qui se posent à nous.  Accompagner dans notre élan de sortie de crise et, ce, dans l’intérêt de tous », a-t-il conclu.

En analysant ce deuxième message à la nation du Président du CSNP, Chef de l’Etat, tout laisse croire qu’une nouvelle page de l’histoire du Niger est en train d’être écrite et que le Niger est parti pour une transition dont la durée n’excédera pas trois (3) ans. Une autre conclusion à tirer de cette adresse à la nation, est que les négociations avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest seront dures et très difficiles du fait que les prises de position des responsables du CNSP sont irréversibles.

Ibrahim Moussa

Ceci pourrait vous interesser

Presse au Niger : Le journaliste communicateur Ousmane Toudou dans les locaux de la gendarmerie

Le journaliste Ousmane Toudou est dans les locaux de la Gendarmerie Nationale depuis le weekend ...