Home / A la une / ๐—”๐—น๐—น๐—ผ๐—ฐ๐˜‚๐˜๐—ถ๐—ผ๐—ป ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฆ๐—ผ๐—ป ๐—˜๐˜…๐—ฐ๐—ฒ๐—น๐—น๐—ฒ๐—ป๐—ฐ๐—ฒ ๐— ๐—ผ๐—ป๐˜€๐—ถ๐—ฒ๐˜‚๐—ฟ ๐—œ๐˜€๐˜€๐—ผ๐˜‚๐—ณ๐—ผ๐˜‚ ๐— ๐—”๐—œ๐—›๐—”๐— ๐—”๐——๐—ข๐—จ au Forum Afrique Caraรฏbes sur le Commerce et lโ€™Investissement ๐—ก๐—ฎ๐˜€๐˜€๐—ฎ๐˜‚ (๐—•๐—ฎ๐—ต๐—ฎ๐—บ๐—ฎ๐˜€) ๐—ฑ๐˜‚ ๐Ÿญ๐Ÿฎ ๐—ฎ๐˜‚ ๐Ÿญ๐Ÿฑ ๐—ท๐˜‚๐—ถ๐—ป ๐Ÿฎ๐Ÿฌ๐Ÿฎ๐Ÿฐ.

๐—”๐—น๐—น๐—ผ๐—ฐ๐˜‚๐˜๐—ถ๐—ผ๐—ป ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฆ๐—ผ๐—ป ๐—˜๐˜…๐—ฐ๐—ฒ๐—น๐—น๐—ฒ๐—ป๐—ฐ๐—ฒ ๐— ๐—ผ๐—ป๐˜€๐—ถ๐—ฒ๐˜‚๐—ฟ ๐—œ๐˜€๐˜€๐—ผ๐˜‚๐—ณ๐—ผ๐˜‚ ๐— ๐—”๐—œ๐—›๐—”๐— ๐—”๐——๐—ข๐—จ au Forum Afrique Caraรฏbes sur le Commerce et lโ€™Investissement ๐—ก๐—ฎ๐˜€๐˜€๐—ฎ๐˜‚ (๐—•๐—ฎ๐—ต๐—ฎ๐—บ๐—ฎ๐˜€) ๐—ฑ๐˜‚ ๐Ÿญ๐Ÿฎ ๐—ฎ๐˜‚ ๐Ÿญ๐Ÿฑ ๐—ท๐˜‚๐—ถ๐—ป ๐Ÿฎ๐Ÿฌ๐Ÿฎ๐Ÿฐ.

  • Photo de famille avec l’ancien le champion de la ZLECAF SEM Issoufou Mahamadou vรชtu du blanc

    Excellence Madame Cynthia A. Pratt, Gouverneure Gรฉnรฉral des

Bahamas

  • Excellence Monsieur Philip E. Davis, Premier Ministre des Bahamas
  • Professeur Bรฉnรฉdict Okey Oramah, Prรฉsident de la Banque Africaine d’Export-Import (Afreximbank) ;
  • Monsieur Wamkele Mene, Secrรฉtaire Gรฉnรฉral de la ZLECAf ;
  • Honorables Ministres,
  • Dignes Reprรฉsentants du secteur privรฉ d’Afrique et des Caraรฏbes
  • Distinguรฉs invitรฉs,
  • Mesdames et Messieurs

Permettez-moi de dire combien je suis heureux de participer ร  la rรฉunion annuelle du Conseil d’Administration de la Banque Africaine d’Export-

Import et ร  la 3รจme รฉdition du Forum Afro Caribรฉen sur le commerce et l’investissement ACTIF (Afro Caribbean Trade and Investment Forum)

J’en remercie du fond du cล“ur lโ€™Honorable Philip Davis qui a bien voulu m’y inviter.

Je remercie รฉgalement mon frรจre, Professeur Oramah, Prรฉsident de la Banque Africaine d’Export-Import. Je salue son engagement indรฉfectible pour la renaissance รฉconomique et commerciale de lโ€™Afrique. Je salue sa volontรฉ de contribuer ร  construire les ponts entre l’Afrique et les Caraรฏbes, ces Caraรฏbes tรฉmoins de la plus grande des tragรฉdies humaines, celle de l’esclavage qui montre jusqu’ร  quel point peut aller la cruautรฉ humaine.

Nous sommes fiers de sa vision et de la portรฉe panafricaine de son action.

Mesdames et Messieurs

Lโ€™esclavage et le colonialisme รฉtaient une humiliation pour nos peuples. Ils avaient dรฉsarticulรฉ nos sociรฉtรฉs. L’illustre caribรฉen, Aimรฉ Cรฉsaire, en avait bien dรฉcrit le processus dans son cรฉlรจbre discours sur le colonialisme ยซ โ€ฆJe parle de sociรฉtรฉs vidรฉes d’elles-mรชmes, des cultures piรฉtinรฉes, dโ€™institutions minรฉes, des terres confisquรฉes, des religions assassinรฉes, de magnificences artistiques anรฉanties, dโ€™extraordinaires possibilitรฉs supprimรฉesโ€ฆ, de milliers dโ€™hommes ร  qui on a inculquรฉ savamment la peur, le complexe d’infรฉrioritรฉ, le tremblement, l’agenouillement, le dรฉsespoir, le larbinisme ยป. Plus loin il ajoutait ยซ les indiens massacrรฉs, le monde musulman vidรฉ de lui-mรชme, le monde chinois pendant un bon siรจcle souillรฉ et dรฉnaturรฉ ; le monde nรจgre disqualifiรฉ ; dโ€™immenses voix ร  tout jamais รฉteintes ; des foyers dispersรฉs au vent ; tout ce bousillage, tout ce gaspillage, lโ€™humanitรฉ rรฉduite au monologueโ€ฆยป.

La disqualification et le dรฉclin du monde nรจgre ont commencรฉ depuis le 16รจme siรจcle.

Chaque gรฉnรฉration, disait un autre caribรฉen, Frantz Fanon, a sa mission qu’elle peut rรฉaliser ou trahir. La mission de notre gรฉnรฉration est d’enrayer ce dรฉclin et de mettre fin ร  cette disqualification. Si la Chine a pu se dรฉbarrasser de la souillure dont elle รฉtait couverte pour devenir la deuxiรจme puissance รฉconomique mondiale, si lโ€™Inde est sur le point dโ€™en รชtre la troisiรจme, lโ€™Afrique peut aussi mettre fin ร  son dรฉclin et ร  sa disqualification. Les prรฉsentes rencontres tรฉmoignent de notre volontรฉ d’y parvenir.

Mesdames et Messieurs

La plus forte expression de cette volontรฉ c’est l’agenda 2063, celui de l’Afrique que nous voulons, โ€˜โ€™ une Afrique intรฉgrรฉe, prospรจre et pacifique, dirigรฉe par ses propres citoyens et reprรฉsentant une force dynamique sur la scรจne mondialeโ€™โ€™.

Dans cet agenda, sont dรฉclinรฉs des projets phares comme la Zone de Libre-รฉchange Continentale Africaine ZLECAf, le Plan du Dรฉveloppement des

Infrastructures en Afrique (PIDA), le Plan du Dรฉveloppement Agricole de l’Afrique et le Plan de Dรฉveloppement Industriel de l’Afrique.

Le lancement de la Zone de Libre-รฉchange Continentale Africaine ZLECAf ร  Niamey au mois de juillet 2019, a constituรฉ une รฉtape dรฉcisive dans l’accomplissement de cette mission de notre gรฉnรฉration.

AFREXIMBANK a fort opportunรฉment soutenu le processus de nรฉgociation et de mise en ล“uvre des principaux instruments de la ZLECAf ร  savoir :

– ๐—นโ€™๐—ฎ๐—ฐ๐—ฐ๐—ผ๐—ฟ๐—ฑ ๐—ฝ๐—ผ๐—ฟ๐˜๐—ฎ๐—ป๐˜ ๐—ฐ๐—ฟ๐—ฒฬ๐—ฎ๐˜๐—ถ๐—ผ๐—ป ๐—ฑ๐—ฒ ๐—น๐—ฎ ๐—ญ๐—Ÿ๐—˜๐—–๐—”๐—ณ ;

– ๐—น๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐˜๐—ผ๐—ฐ๐—ผ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฒ ๐—ฐ๐—ผ๐—บ๐—บ๐—ฒ๐—ฟ๐—ฐ๐—ฒ ๐—ฑ๐—ฒ๐˜€ ๐—บ๐—ฎ๐—ฟ๐—ฐ๐—ต๐—ฎ๐—ป๐—ฑ๐—ถ๐˜€๐—ฒ๐˜€ ;

– ๐—น๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐˜๐—ผ๐—ฐ๐—ผ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฒ ๐—ฐ๐—ผ๐—บ๐—บ๐—ฒ๐—ฟ๐—ฐ๐—ฒ ๐—ฑ๐—ฒ๐˜€ ๐˜€๐—ฒ๐—ฟ๐˜ƒ๐—ถ๐—ฐ๐—ฒ๐˜€ ;

– ๐—น๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐˜๐—ผ๐—ฐ๐—ผ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฒ๐˜€ ๐—ฟ๐—ฒฬ€๐—ด๐—น๐—ฒ๐˜€ ๐—ฒ๐˜ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐—ฐ๐—ฒฬ๐—ฑ๐˜‚๐—ฟ๐—ฒ๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฟ๐—ฒฬ€๐—ด๐—น๐—ฒ๐—บ๐—ฒ๐—ป๐˜ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฑ๐—ถ๐—ณ๐—ณ๐—ฒฬ๐—ฟ๐—ฒ๐—ป๐—ฑ๐˜€ ;

– ๐—น๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐˜๐—ผ๐—ฐ๐—ผ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น’๐—ถ๐—ป๐˜ƒ๐—ฒ๐˜€๐˜๐—ถ๐˜€๐˜€๐—ฒ๐—บ๐—ฒ๐—ป๐˜ ;

– ๐—น๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐˜๐—ผ๐—ฐ๐—ผ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฎ ๐—ฝ๐—ผ๐—น๐—ถ๐˜๐—ถ๐—พ๐˜‚๐—ฒ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—น๐—ฎ ๐—ฐ๐—ผ๐—ป๐—ฐ๐˜‚๐—ฟ๐—ฟ๐—ฒ๐—ป๐—ฐ๐—ฒ ;

– ๐—น๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐˜๐—ผ๐—ฐ๐—ผ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฒ๐˜€ ๐—ฑ๐—ฟ๐—ผ๐—ถ๐˜๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐—ฝ๐—ฟ๐—ถ๐—ฒฬ๐˜๐—ฒฬ ๐—ถ๐—ป๐˜๐—ฒ๐—น๐—น๐—ฒ๐—ฐ๐˜๐˜‚๐—ฒ๐—น๐—น๐—ฒ ;

– ๐—น๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐˜๐—ผ๐—ฐ๐—ผ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฒ๐˜€ ๐—ณ๐—ฒ๐—บ๐—บ๐—ฒ๐˜€ ๐—ฒ๐˜ ๐—น๐—ฒ๐˜€ ๐—ท๐—ฒ๐˜‚๐—ป๐—ฒ๐˜€ ๐—ฑ๐—ฎ๐—ป๐˜€ ๐—น๐—ฒ ๐—ฐ๐—ผ๐—บ๐—บ๐—ฒ๐—ฟ๐—ฐ๐—ฒ ;

– ๐—น๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ผ๐˜๐—ผ๐—ฐ๐—ผ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฒ ๐—ฐ๐—ผ๐—บ๐—บ๐—ฒ๐—ฟ๐—ฐ๐—ฒ ๐—ป๐˜‚๐—บ๐—ฒฬ๐—ฟ๐—ถ๐—พ๐˜‚๐—ฒ.

Tous ces instruments ainsi que leurs annexes visent ร  faire de la ZLECAf, un marchรฉ sรปr, attrayant, transparent et compรฉtitif de plus de 1,4 milliard d’habitants.

Selon plusieurs รฉtudes, la mise en ล“uvre de l’accord de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine permettra entre autres de :

– ๐˜€๐—ผ๐—ฟ๐˜๐—ถ๐—ฟ ๐Ÿฏ๐Ÿฌ ๐—บ๐—ถ๐—น๐—น๐—ถ๐—ผ๐—ป๐˜€ ๐—ฑ’๐—”๐—ณ๐—ฟ๐—ถ๐—ฐ๐—ฎ๐—ถ๐—ป๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—น’๐—ฒ๐˜…๐˜๐—ฟ๐—ฒฬ‚๐—บ๐—ฒ ๐—ฝ๐—ฎ๐˜‚๐˜ƒ๐—ฟ๐—ฒ๐˜๐—ฒฬ ๐—ฒ๐˜ ๐—ฑโ€™๐—ฎ๐˜‚๐—ด๐—บ๐—ฒ๐—ป๐˜๐—ฒ๐—ฟ ๐—น๐—ฒ ๐—ฟ๐—ฒ๐˜ƒ๐—ฒ๐—ป๐˜‚ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฝ๐—น๐˜‚๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐Ÿฒ๐Ÿด ๐—บ๐—ถ๐—น๐—น๐—ถ๐—ผ๐—ป๐˜€ ๐—ฑ’๐—ฎ๐˜‚๐˜๐—ฟ๐—ฒ๐˜€ ๐—พ๐˜‚๐—ถ ๐˜ƒ๐—ถ๐˜ƒ๐—ฒ๐—ป๐˜ ๐—ฎ๐˜ƒ๐—ฒ๐—ฐ ๐—บ๐—ผ๐—ถ๐—ป๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐Ÿฑ,๐Ÿฑ๐Ÿฌ ๐—จ๐—ฆ๐—— ๐—ฝ๐—ฎ๐—ฟ ๐—ท๐—ผ๐˜‚๐—ฟ ;

– ๐—ฎ๐˜‚๐—ด๐—บ๐—ฒ๐—ป๐˜๐—ฒ๐—ฟ ๐—น๐—ฒ ๐—ฟ๐—ฒ๐˜ƒ๐—ฒ๐—ป๐˜‚ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—น’๐—”๐—ณ๐—ฟ๐—ถ๐—พ๐˜‚๐—ฒ ๐—ฑ๐—ฒ ๐Ÿฐ๐Ÿฑ๐Ÿฌ ๐—บ๐—ถ๐—น๐—น๐—ถ๐—ฎ๐—ฟ๐—ฑ๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฑ๐—ผ๐—น๐—น๐—ฎ๐—ฟ๐˜€ ๐—ฎ๐—บ๐—ฒฬ๐—ฟ๐—ถ๐—ฐ๐—ฎ๐—ถ๐—ป๐˜€ ๐—ฑ’๐—ถ๐—ฐ๐—ถ ๐Ÿฎ๐Ÿฌ๐Ÿฏ๐Ÿฑ (๐˜‚๐—ป ๐—ด๐—ฎ๐—ถ๐—ป ๐—ฑ๐—ฒ ๐Ÿณ%)๐˜๐—ผ๐˜‚๐˜ ๐—ฒ๐—ป ๐—ฎ๐—ท๐—ผ๐˜‚๐˜๐—ฎ๐—ป๐˜ ๐Ÿณ๐Ÿฒ ๐—บ๐—ถ๐—น๐—น๐—ถ๐—ฎ๐—ฟ๐—ฑ๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฑ๐—ผ๐—น๐—น๐—ฎ๐—ฟ๐˜€ ๐—ฎ๐—บ๐—ฒฬ๐—ฟ๐—ถ๐—ฐ๐—ฎ๐—ถ๐—ป๐˜€ ๐—ฎ๐˜‚๐˜… ๐—ฟ๐—ฒ๐˜ƒ๐—ฒ๐—ป๐˜‚๐˜€ ๐—ฑ๐˜‚ ๐—ฟ๐—ฒ๐˜€๐˜๐—ฒ ๐—ฑ๐˜‚ ๐—บ๐—ผ๐—ป๐—ฑ๐—ฒ ;

– ๐—ฎ๐—ฐ๐—ฐ๐—ฟ๐—ผรฎ๐˜๐—ฟ๐—ฒ ๐—น๐—ฒ๐˜€ ๐—ฒ๐˜…๐—ฝ๐—ผ๐—ฟ๐˜๐—ฎ๐˜๐—ถ๐—ผ๐—ป๐˜€ ๐—ฎ๐—ณ๐—ฟ๐—ถ๐—ฐ๐—ฎ๐—ถ๐—ป๐—ฒ๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐Ÿฑ๐Ÿฒ๐Ÿฌ ๐—บ๐—ถ๐—น๐—น๐—ถ๐—ฎ๐—ฟ๐—ฑ๐˜€ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—ฑ๐—ผ๐—น๐—น๐—ฎ๐—ฟ๐˜€ ๐—ฎ๐—บ๐—ฒฬ๐—ฟ๐—ถ๐—ฐ๐—ฎ๐—ถ๐—ป๐˜€ ๐—ฝ๐—ฟ๐—ถ๐—ป๐—ฐ๐—ถ๐—ฝ๐—ฎ๐—น๐—ฒ๐—บ๐—ฒ๐—ป๐˜ ๐—ฑ๐—ฎ๐—ป๐˜€ ๐—น๐—ฒ ๐˜€๐—ฒ๐—ฐ๐˜๐—ฒ๐˜‚๐—ฟ ๐—บ๐—ฎ๐—ป๐˜‚๐—ณ๐—ฎ๐—ฐ๐˜๐˜‚๐—ฟ๐—ฒฬ, ๐—ฒ๐˜๐—ฐ.

 

Mesdames et messieurs

Dans l’optique d’atteindre les objectifs de l’agenda 2063, AFREXIMBANK et la ZLECAf ont compris quโ€™il y a deux obstacles majeurs ร  surmonter : lโ€™รฉchange inรฉgal et lโ€™iniquitรฉ de lโ€™architecture financiรจre internationale actuelle.

Voilร  pourquoi ils collaborent ร  l’รฉmergence des chaรฎnes de valeur prioritaires notamment agricoles, miniรจres et pรฉtroliรจres ; lโ€™objectif รฉtant de transformer surplace nos abondantes matiรจres premiรจres afin d’en capter le maximum de valeur ajoutรฉe. Cela permettra de mettre fin ร  lโ€™รฉchange inรฉgal, de sortir dรฉfinitivement du pacte colonial, de crรฉer des emplois pour nos jeunes et de prendre ร  bras le corps le dรฉfi de la pauvretรฉ.

L’industrialisation de l’Afrique suppose le dรฉveloppement des infrastructures.

AFREXIMBANK a compris que l’Afrique doit รชtre รฉquipรฉe d’infrastructures รฉnergรฉtiques capables de fournir ร  l’industrie de l’รฉnergie ร  bon marchรฉ, une des conditions de la compรฉtitivitรฉ. Le coรปt de lโ€™รฉnergie est aujourdโ€™hui quatre fois plus รฉlevรฉ en Afrique quโ€™en Asie du sud-Est. Par consรฉquent, nous ne sommes pas compรฉtitifs par rapport ร  cette rรฉgion du monde.

Lโ€™Afrique doit รชtre รฉquipรฉe en voies de communication (routes, chemins de fer, ports, aรฉroports, numรฉrique) pour assurer la libre circulation des personnes, des marchandises et des services. Rรฉduire les coรปts du facteur transport est un impรฉratif incontournable pour notre continent, une condition sine qua none de son industrialisation. Pour ce faire, notre vaste continent doit inscrire parmi ses prioritรฉs la rรฉalisation dโ€™un vaste rรฉseau de chemin de fer et dโ€™un robuste rรฉseau numรฉrique.

Celui-ci dynamisera le commerce transcontinental et facilitera une prรฉsence apprรฉciable de l’Afrique dans les clusters crรฉatifs mondiaux. Il faut nรฉcessairement continuer ร  positionner les entreprises innovantes africaines en tant quโ€™actifs commerciaux pour les portefeuilles mondiaux dโ€™investissement.

Les caraรฏbes ont une expรฉrience avรฉrรฉe ร  partager

Mesdames et Messieurs

AFREXIMBANK a jouรฉ un rรดle clรฉ dans la mise en place, le 21 fรฉvrier 2024, ร  Addis-Abeba, de l’Alliance des Institutions Financiรจres Multilatรฉrales Africaines (AAMFI) traduisant la dรฉtermination collective de l’Afrique ร  faรงonner son avenir financier pour promouvoir une croissance et une intรฉgration รฉconomique durable conformรฉment aux agendas 2030 et 2063.

Plus prรฉcisรฉment il s’agit de rรฉpondre aux besoins de l’Afrique en matiรจre de financement du dรฉveloppement, dรฉfendre les intรฉrรชts de l’Afrique sur les questions financiรจres mondiales.

Il s’agit de prendre en main notre destin financier collectif et contribuer ร  la rรฉforme de l’architecture financiรจre internationale en vue de rรฉduire le coรปt du financement et accroรฎtre son accessibilitรฉ. En effet, il nโ€™est pas normal que les pauvres empruntent ร  des taux proches de lโ€™usure pendant que les riches ont un accรจs gratuit ร  lโ€™argent et parfois mรชme ร  des taux nรฉgatifs.

Cette alliance contribuera certainement ร  lโ€™accรฉlรฉration de la mise en ล“uvre des autres institutions financiรจres africaines : la Banque Centrale Africaine, le Fonds Monรฉtaire Africain, la Banque Africaine dโ€™Investissement, la Bourse Panafricaine des Valeurs qui sont toutes des institutions nรฉcessaires pour conduire stratรฉgiquement le continent dans la perspective financiรจre mondiale, non pas comme un mendiant, mais comme un continent autofinancรฉ, comme lโ€™avait indiquรฉ le Prรฉsident du Ghana Nana Addo Akufo Addo.

Je fonde lโ€™espoir que lโ€™Afrique et les Caraรฏbes uniront leurs forces pour obtenir une architecture financiรจre internationale รฉquitable.

AFREXIMBANK constitue donc un soutien sรปr et certain aux ร‰tats africains dans la quรชte d’une transformation structurelle de leur รฉconomie et de la promotion du commerce intra-africain. Elle est organisatrice et promotrice de la foire commerciale intra-africaine et partenaire du Forum des Affaires de la ZLECAf dont l’รฉdition 2023 au Cap, en Afrique du Sud a enregistrรฉ la participation remarquable de la diaspora que nous considรฉrons comme รฉtant la 6รจme Rรฉgion du Continent. Cโ€™est dire que la ZLECAf offre aux Caraรฏbes et au reste de la 6รจme Rรฉgion, un vaste marchรฉ. Le secrรฉtariat de la ZLECAf et AFREXIMBANK conjugueront certainement leurs efforts pour qu’il en soit ainsi.

En effet, la Zone de Libre Echange Continentale Africaine est aussi un marchรฉ pour les Caraรฏbes auxquels elle offre des opportunitรฉs et des possibilitรฉs certaines que le secrรฉtariat de la ZLECAf et AFREXIMBANK ne manqueront pas dโ€™exploiter surtout quand on sait que les รฉchanges commerciaux entre l’Afrique et les Caraรฏbes, sont largement en dessous de leur potentiel.

En effet, en 2020, les exportations des Caraรฏbes vers l’Afrique reprรฉsentent environ 4% des exportations de la communautรฉ caribรฉenne, la CARICOM, alors que les importations de la CARICOM ร  partir de l’Afrique ne reprรฉsentent que 2% des exportations du continent.

Les liens historiques et culturels profonds entre les deux rรฉgions sont source des synergies et doivent faciliter les transactions commerciales et les investissements entre elles.

Des รฉtudes ont rรฉvรฉlรฉ que les tarifs, les taxes et les visas font partie des obstacles aux รฉchanges commerciaux entre l’Afrique et les Caraรฏbes.

Je note que des efforts ont รฉtรฉ faits pour y remรฉdier ร  travers un accord signรฉ entre certains pays des Caraรฏbes et AFREXIMBANK.

La poursuite du dรฉveloppement des transactions commerciales nรฉcessitera des ressources telles que l’accรจs ร  un financement compรฉtitif, une assistance technique spรฉcialisรฉe et des informations qualitatives sur le marchรฉ africain.

Parce que nous voulons partager les gains de la ZLECAf avec les Caraรฏbes, j’ai l’intention de soumettre ร  lโ€™apprรฉciation des chefs d’ร‰tat et de Gouvernement de l’Union Africaine, une proposition dโ€™un partenariat commercial renforcรฉ avec la CARICOM, afin de libรฉrer toutes les รฉnergies en matiรจre de commerce entre les deux rรฉgions.

Dans le cadre de la facilitation du commerce intra-africain, AFREXIMBANK et la ZLECAf ont mis en place un mรฉcanisme innovant. Il s’agit du Systรจme

Panafricain des Payements et des Rรจglements (PAPSS). Il vise ร  permettre les paiements des รฉchanges intra-africains en monnaies nationales rรฉduisant ainsi le coรปt et les dรฉlais de transfert de devises pour le rรจglement des paiements transfrontaliers. Je demande donc aux Caraรฏbes de rejoindre cette initiative innovante.

Pour assurer une intรฉgration รฉconomique rรฉussie entre nous nous devons assurer une connexion continue et sรปre ร  travers un corridor maritime transatlantique. Nous avons le devoir de lรฉguer aux gรฉnรฉrations futures de vรฉritables opportunitรฉs et les meilleures chances du bien-รชtre social.

Je vous remercie

Ceci pourrait vous interesser

Gestion de la transition : Une nouvelle constitution et un nouveau code รฉlectoral seront รฉlaborรฉs

Dans le document intitulรฉ ยซ Ma vision pour le Niger ยป le Gรฉnรฉral Abdourahamane Tiani ...